Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Abbé Yves GROSJEAN


installation-yves-grosjean

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Rechercher

Le saint du jour

Le psaume du jour

 

 

11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 15:09

Le XXe siècle a été celui de la faillite des idéologies « du progrès », mais aussi de la pensée démocrate-chrétienne. Heureusement, affirme Gregor Puppinck, directeur de l’European Centre for Law and Justice (ECLJ) : le chrétien ne doit pas vivre dans un futur hypothétique mais dans l’« ici et maintenant » du secours à porter à son prochain.

Combien de fois entendons-nous : face aux changements du monde moderne, face à toutes les idéologies visant à changer la société, les chrétiens demeurent dans la situation bête du refus, de la vaine opposition ; ces chrétiens se reprochent alors, avec frustration et un petit sentiment d’infériorité, de ne plus avoir de projet, d’être à sec : plus de vision de l’avenir, plus de vocation. Quels projets, quelle société avons-nous à proposer ? Le peuple s’éloignerait-il d’une Église qui n’aurait plus rien de neuf à proposer ? Les chrétiens seraient expulsés de l’histoire et condamnés à protester contre les progrès et les changements, comme un chien qui aboie au bord de la route sur les voitures qui passent. Nous serions en panne… tant mieux !

Depuis l’époque moderne, les philosophes élaborent des projets de société. Au XXe siècle, les peuples ont été embarqués dans les projets socialistes, communistes et fascistes. Ces projets promettaient un monde nouveau, meilleur. À chaque fois, il s’agit de projections intellectuelles dans l’avenir, d’imagination d’un monde futur, tant et si bien que l’homme moderne ne vit plus que dans le futur. Ayant rejeté le passé, il est en perpétuelle projection de lui-même. Il doit habiter le futur, avoir des projets, accomplir les promesses du progrès.

La faillite de la pensée démocrate-chrétienne

Face à aux idéologies des deux derniers siècles, les catholiques ont d’abord répondu en réaffirmant la royauté sociale du Christ hic et nunc, ici et maintenant, puis ils ont adopté sa version édulcorée et laïcisée : la pensée démocrate-chrétienne. Cette pensée n’était plus une affirmation de foi, mais un projet politique tendant à réconcilier le catholicisme et la modernité, en modernisant le premier, et en christianisant la seconde. Ce projet politique temporel était une contre-idéologie visant à concurrencer les socialismes et fascismes. Les opuscules Christianisme et Démocratie et Les Droits de l’homme ont été rédigés par Jacques Maritain en Amérique pendant la Guerre pour contrer les propagandes nazies et communistes. Le second a même été rédigé à la demande du gouvernement américain. Il fallait gagner les imaginations, les aspirations et les consciences politiques des personnes pour instaurer, de façon démocratique, une royauté sociale du Christ. Le respect des droits de l’homme aurait été un moyen de respecter concrètement les droits de Dieu car, en respectant l’homme, c’est Dieu qui aurait été ultimement respecté et honoré.

En adhérant à ce projet démocrate-chrétien, les catholiques se sont eux aussi projetés dans l’avenir. C’était la grande époque de l’action sociale, du rêve de construction d’un monde meilleur, sur terre. Ce projet était séduisant, mais il supposait pour perdurer que la société partage une certaine conception de l’homme dont on sait à présent qu’elle ne peut être connue et reconnue que grâce à la religion catholique. L’homme coupé de Dieu ne peut pas se connaître et se respecter lui-même. L’échec de la plupart des partis de démocratie-chrétienne est connu, leur faillite politique n’a fait qu’accompagner leur faillite morale consommée par trop de compromissions, telle que la fatale acceptation de l’avortement.

Servir chaque jour notre prochain

Depuis la désillusion quant à l’impossible conciliation fondamentale entre christianisme et modernité, le discours progressiste disparaît rapidement des milieux catholiques pour subsister dans des courants politiques minoritaires. S’il est vrai que les idéologies sont mortes – ce que je ne crois pas – alors c’est le cas aussi des idéologies parachrétiennes. Et c’est tant mieux.

C’est tant mieux car il faut arrêter de vivre dans le futur, de penser en termes de projets, de promesses et de progrès : les chrétiens n’ont pas à imaginer un monde meilleur, mais à rechercher concrètement chaque jour, à l’exemple du Christ, leur salut et celui de leurs frères.

Ne vivre que dans et pour le futur, dans la crainte, le rêve et l’insatisfaction est la terrible maladie de l’homme moderne. La croissance économique, qui est désirée pour elle-même et constitue actuellement la principale finalité de l’action politique, est aussi un progressisme, mais purement matérialiste.

Les chrétiens ne doivent pas être gênés de ne plus avoir de projet, vision progressiste de l’avenir. Au contraire ! Il faut vivre le présent, de façon concrète et pragmatique, et se demander ce que nous pouvons faire hic et nunc. Notre seul projet doit être notre prochain, ainsi d’ailleurs est réalisée la royauté sociale du Christ qui ne doit pas être future, mais actuelle.

Cherchons donc ce que nous pouvons faire concrètement pour notre prochain. Ce sont des préoccupations concrètes qui ont rendu chrétienne la société européenne : instruire et éduquer les enfants, soigner les malades, secourir les pauvres. Le but n’était pas d’abord de changer la société, mais de permettre à chacun de se sanctifier.

Source : Famille chrétienne

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse.bligny
commenter cet article

commentaires

LA PAROISSE

 

 

 

Le Blog de la paroisse est tenu par des laïcs, pour les actes de catholicité ou pour contacter

le secrétariat de la paroisse vous pouvez le faire au

03 80 20 10 41 et à l'adresse :

martine-germain@wanadoo.fr


:

   

 

Pour écrire au "blog", vous pouvez utiliser l'adresse suivante:


paroissebligny@yahoo.fr


Les annonces du mois :

 


SEPTEMBRE 2013

 

 


 

 

 

  •  

 

 

 

 

IMG_6445--2-.JPGC'est en vain qu'on cherche à remplacer Dieu. Rien ne saurait combler le vide de son abse

EVANGILE DU JOUR