Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Abbé Yves GROSJEAN


installation-yves-grosjean

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Rechercher

Le saint du jour

Le psaume du jour

 

 

19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 14:12

Une amie m’écrit à propos de la légalisation de l’euthanasie pour les mineurs par les députés belges : « Les cathos présentent cette loi comme une abomination. Et pourtant, la majorité est écrasante. Et je ne suis pas sûre que ceux qui ont voté pour soient tous des monstres ! … Comment fait-on pour avoir un impact sur les gens qui ont voté pour ? Et si nous ne l'avons pas, qui l'aura ? »
Un autre ami me suggère pour ma propre gouverne d’être « moins dans le combat » afin d’être plus attirant, convaincant, efficace. En somme d’imbiber si bien la vérité de charité que le message deviendra consommable et même appétissant.

Je me demandais comment leur répondre quand la fête de sainte Bernadette Soubirous, ce 18 février, m’a mis sur une piste. La fameuse réplique de la voyante de Lourdes : « Je ne suis pas chargée de vous le faire croire, je suis chargée de vous le dire » me semble applicable à notre tâche de communicateurs.

Certes, poursuivre le beau, le bien et le vrai, s’en approcher, dire ce que nous voyons avec nos pauvres mots, sans raideur, désir de briller, sans orgueil en somme, en humbles et honnêtes messagers et jamais en propriétaires de la vérité, c'est précisément un combat, mais un combat contre soi-même. Saint François de Sales, patron des journalistes, donné en modèle de douceur et de suavité, avait un tempérament de feu qu’il s’appliqua à rendre aimable. Ce fut au prix d’un tel travail sur lui-même que ses biographes attribuent à cette ascèse constante, à cette guerre intérieure contre une part de lui-même, sa mort dans la force de l’âge.

Mais le doux évêque d’Annecy n’a pas pour autant édulcoré le message. Quand celui-ci porte sur des questions qui embauchent au plus haut point l’émotion et les passions, tels aujourd’hui l’avortement, l’euthanasie, ou l’homosexualité, ne nous faisons pas d’illusion : quelles que soient nos précautions oratoires, il ne sera jamais facile de les rendre indolores ou aisément digestes.

Faudrait-il donc éviter ces sujets qui fâchent ? Evidemment non : ces questions anthropologiques et métaphysiques engagent l’avenir de l’humanité. Mais nous souvenant de la réplique de Bernadette, quittons tout souci de vouloir convaincre. Lâchons prise ! N’y mettons pas le désir d’avoir raison et de l’emporter. C’est alors que nous aurons le plus de chance d’être convaincants.

Faisons confiance à la vérité : elle finit tôt ou tard par s'imposer car l’esprit humain est fait pour elle. De fait, les "majorités écrasantes" finissent par basculer, parfois beaucoup plus vite qu'on ne l’aurait pensé. Un exemple récent : Ludovine de La Rochère, présidente de la Manif pour tous, a pu affirmer en toute vérité le 7 février dernier, qu’une majorité de Français étaient opposés au « mariage pour tous » au moment du vote du texte par le Parlement. Or, constate RTL, « l'évolution des sondages semble lui donner raison». Le revirement de l’opinion s’est fait en quelques mois. Alors qu’en novembre 2012, 58% de Français se disaient favorables au mariage homosexuel, dans un sondage LH2 pour Le Nouvel Observateur, on assistait un an plus tard (décembre 2013) à un retournement de situation : « Huit mois après l'adoption du texte par le Parlement et la célébration de 7.000 mariages, …seulement 48% des sondés étaient plutôt favorables, contre 50% à y être plutôt opposés, rapportait une étude BVA pour Le Parisien. » Par ailleurs, l'institut Harris notait que 59% des sondés s'opposaient à la GPA. Quant à l'adoption par les couples homosexuels, l'opinion publique y est de plus en plus défavorable (56%). En même temps, la remise en cause d’un « droit » à l’avortementpar le gouvernement espagnol (cf. Aleteia) et les sévères critiques de la presse internationale contre le vote belge étendant l’euthanasie aux mineurs (cf. Aleteia) attestent qu’en politique, rien n’est définitivement perdu.

Il existe bien d’autres exemples dans l’Histoire de revirements de l’opinion. Celle-ci est plus versatile que jamais à l’ère numérique dominée par les réseaux sociaux. Ne renonçons pas à y faire entendre la voix des « chercheurs de vérité » qui est aussi celle de l’Eglise confessante, humble et pauvre mais obstinée et pugnace, à l’exemple de Bernadette. Face aux multiples avatars de la « culture de mort » ou de la «culture du déchet », s'il faut lâcher prise sur notre ego, c'est pour mieux combattre et ne rien lâcher.

Philippe Oswald

Si nous restons muets, les pierres crieront ! Dire et redire sans vociférer...

Partager cet article

Repost 0
Published by Paroisse.bligny
commenter cet article

commentaires

Saumhomme 20/02/2014 02:46

Ne sommes-nous pas dans une crise grave de la vérité?

« Dire et redire sans vociférer » , très bien! Mais en matière de vérité anthropologique et métaphysique comme du reste, s'il n'est jamais trop tard pour faire bien, n'est-il pas souvent trop tard pour faire bien?
Ses lois sur le mariage homosexuel, l'euthanasie, la procréation médicale assistée, la gestation pour autrui... ne sont pas condamnable que parce qu'elles sont fausses. Elles le sont aussi et surtout parce qu'elles propagent et multiplient l'erreur, toutes sortes de dérèglements. Chaque fois qu’une mesure exagérée est prise par les politiques, c’est toute l’humanité qui reçoit un coup très dur sur la tête, parce que chaque fois qu'un mariage homosexuel est pratiqué, c'est la polarité, la différenciation homme femme, qui cèdent le pas. Chaque fois qu’une fausse loi rentre dans les textes, c’est la justice qui recule. Et à terme, faute de réagir à temps face au système qui est derrière ces soit disant évolutions, c’est toute l’humanité qui est menacée. Alors, devant notre incapacité à inverser ces folles mesures et, plutôt que de penser que tout finira à la longue par s’arranger comme par un retour normal des choses, croyons que nous nous trouvons, et plus que jamais auparavant, dans une crise grave de la vérité.

LA PAROISSE

 

 

 

Le Blog de la paroisse est tenu par des laïcs, pour les actes de catholicité ou pour contacter

le secrétariat de la paroisse vous pouvez le faire au

03 80 20 10 41 et à l'adresse :

martine-germain@wanadoo.fr


:

   

 

Pour écrire au "blog", vous pouvez utiliser l'adresse suivante:


paroissebligny@yahoo.fr


Les annonces du mois :

 


SEPTEMBRE 2013

 

 


 

 

 

  •  

 

 

 

 

IMG_6445--2-.JPGC'est en vain qu'on cherche à remplacer Dieu. Rien ne saurait combler le vide de son abse

EVANGILE DU JOUR