Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abbé Yves GROSJEAN


installation-yves-grosjean

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Rechercher

Le saint du jour

Le psaume du jour

 

 

3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 06:17

Jean-Marie Le Méné  de la fondation Jérôme Lejeune http://www.fondationlejeune.org/ est l'invité de Robert Ménard pour une interview sans concessions ni faux-fuyants à propos du téléthon. A voir en cliquant sur le lien suivant:

http://www.itele.fr/emissions/chronique/menard-sans-interdit

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Bioéthique
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 05:57

 

B Il encore temps d'écrire par mail (cliquer sur le nom de votre député et vous aurez son mail) pour rappeler à nos députés la valeur et la dignité attachée à chaque vie humaine si petite soit elle et commençante, d'encourager ceux dont la voix s'est déjà élevée en faveur du respect de la vie et de demander instamment à tous d'être présents dans l'hémicycle lors du vote.

Voici un modèle de lettre susceptible d'être adressée à votre député :

Monsieur le député, A partir d’aujourd’hui, vous allez débattre, en seconde lecture, du projet de loi de bioéthique. Après le Sénat, la commission spéciale a adopté des amendements révélateurs d'une profonde dérive vers une instrumentalisation de l'embryon et un eugénisme des enfants atteints de handicap, parmi lesquels les enfants trisomiques. Nous nous adressons à vous aujourd'hui afin que votre vote s'oriente vers :

Le retour au principe de l’interdiction de recherche sur l’embryon sans dérogation : la reconnaisssance de ce principe reconnaîtra à l’embryon sa nature d'être humain et lui conférera la protection qui lui est inhérente. Il permettra d'écarter toute instrumentalisation de l'embryon.

Conditionner le recours au diagnostic prénatal afin que les tests ne soient proposés que si les conditions médicales l’exigent. En effet, la systématisation du recours au diagnostic prénatal, quels que soient l'âge de la mère, les antécédents médicaux ou les circonstances particulières de la grossesse ne peut qu'entraîner un recours accru à l'interruption volontaire de grossesse dont les conséquences, tant physiques que psychologiques lourdes sont maintenant très largement reconnues.

Limiter strictement l’accès à l’assistance médicale à la procréation aux couples composés d’un homme et d’une femme confrontés à une infertilité médicale. Ce vote constitue une étape capitale: par votre vote, vous seul, en votre qualité de législateur, êtes en mesure de dessiner l'avenir et d'éviter que notre société ne s'achemine vers de graves dérives portant atteinte à la dignité de la vie humaine. Respectueusement,"

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Bioéthique
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 08:20

 

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Bioéthique
commenter cet article
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 05:18

 

Réunis en commission spéciale, les députés ont mis fin au principe de l’interdiction de la recherche sur l’embryon mercredi 11 mai. À quelques jours de la seconde lecture par l’Assemblée nationale des lois de bioéthique, une telle décision inquiète les principaux acteurs français de la défense de la vie. Réactions.



« En substituant au principe d’interdiction de la recherche sur l’embryon un principe d’autorisation, c’est une incitation à l’exploitation de l’homme par l’homme qui est exprimée », lance Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, très remonté après le vote, le 11 mai de la levée du principe d’interdiction de la recherche sur l’embryon.
 
Plus nuancé, Tugdual Derville, délégué général de l’Alliance pour les droits de la vie, s’interroge : « Le gouvernement tient-il encore sa majorité ? Comment se fait-il que les élus UMP votent de telles décisions ? La droite peut-elle, sans conséquence, se contenter sur les questions de société de suivre la tendance libérale libertaire de la gauche ? ».
 
 
Roulés dans la farine

 À quelques jours de la seconde lecture par l’Assemblée nationale du projet de loi de bioéthique, l’émotion est grande parmi les principaux acteurs de la défense de la vie. Après deux ans de mobilisation  – auditions au Parlement, participation active aux États généraux de la bioéthique, etc. – difficile de ne pas avoir l’impression d’être roulé dans la farine : le vote des députés va à l’encontre des promesses répétées du gouvernement.

 

Un combat perdu, faute de combattants

« L’heure est grave ! », prévient Xavier Breton, député UMP de l’Ain. « Il faut que la réaction soit forte et rapide. Tout va se jouer dans les jours qui viennent. Passé la seconde lecture à l’Assemblée nationale, il sera trop tard. Je peux vous dire qu’un certain nombre de députés de la majorité sont très remontés ! ». Pourtant, c’est justement l’absence d’élus UMP qui a décidé du vote – à deux voix près – alors que plusieurs élus de la majorité manquaient à l’appel.

Pour Jean-Marc Nesme, député UMP de Paray-le-Monial, rien de très surprenant : « C’est une transgression symbolique grave. Que l’on ne s’y trompe pas : principe d’interdiction avec dérogations ou principe d’autorisation encadrée, dans les faits, cela revient au même. Mais nous sommes en train d’ouvrir la porte à la généralisation de la recherche sur l’embryon et à sa chosification ».

À moins d’un an des élections présidentielles, le gouvernement prendra-t-il le risque de mécontenter une partie de son électorat ?

Emmanuel Pella

Source : Famille Chrétienne

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Bioéthique
commenter cet article
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 14:57

Si le texte de la loi bioéthique devait rester en l’état, après son passage au Sénat, on pourra parler de bérézina éthique avec l’autorisation explicite de la recherche sur l’embryon, la systématisation du diagnostic prénatal et – cerise sur le gâteau – un droit à l’assistance médicale à la procréation pour les personnes homosexuelles.

 

Ne plus exiger que l’accès à l’assistance médicale à la procréation (AMP) soit réservé aux couples composés d’un homme et d’une femme  : la proposition est venue de gauche. Dans un hémicycle clairsemé, les sénateurs l’ont votée. En France, cela reviendrait à cautionner la conception d’enfants sans père. Car, pour le moment, du fait du maintien de l’interdiction de la gestation pour autrui, ce sont les femmes et elles seules qui obtiendraient la capacité de «  procréer toutes seules  », via l’insémination artificielle avec un donneur de gamètes, anonyme.

Après un vif débat, le Sénat, a en effet tenu à maintenir l’anonymat de ce don, contrairement à l’avis de sa commission des affaires sociales. Pour des personnes ainsi privées du droit d’accéder à leurs origines biologiques, c’est une injustice supplémentaire. Elles se disent discriminées, et d’autant plus choquées qu’elles ont entendu des arguments étranges, à l’image de ceux de François Rebsamen. Le sénateur de Côte-d’Or estime que «  la levée de cet anonymat freinerait considérablement le don et aurait des conséquences désastreuses pour la recherche  ». C’est la confirmation que des souffrances liées à l’infertilité ou au handicap sont mises en paravent de revendications scientistes, sans rapport avec la justice…

Au petit jeu des transgressions, les dérives s’enchaînent logiquement  : ainsi, ce sont les hommes homosexuels qui pourraient crier à la discrimination si ce «  droit à l’AMP  » que le Sénat tente de reconnaître aux femmes homosexuelles était confirmé. Ils sont incapables d’engendrer sans gestation pour autrui, en attendant l’utérus artificiel. Ce dernier appartient encore à la science-fiction, mais il est prédit par le professeur Henri Atlan dans son livre éponyme.

Pour le moment, tout laisse à penser que la portée transgressive du texte voté au Sénat sera atténuée par l’Assemblée nationale. Et c’est d’ailleurs ce qu’a promis le gouvernement qui entend surtout maintenir le principe d’interdiction de la recherche sur l’embryon et réserver aux infertilités médicalement avérées l’accès à l’assistance médicale à la procréation pour en exclure les «  infertilités sociales  ». L’expression désigne la stérilité attachée à la relation homosexuelle  ; elle tend à remplacer celle d’ «  AMP de convenance  » jugée péjorative.

L’AMP homosexuelle constitue donc le point de basculement majeur du nouveau texte. Sur ce sujet, le texte voté au Sénat et l’ensemble des débats donnent une idée des ruptures supplémentaires que pourrait entraîner une majorité parlementaire de gauche, dès 2012.

Sur l’autre point, celui de la re­cherche sur l’embryon, l’Assemblée nationale avait fait du principe d’interdiction un symbole sans grande portée pratique, un «  anesthésiant pour catho  » même selon le député Marc Le Fur puisqu’il était assorti de dérogations élargies. L’enjeu n’est pas de même nature, à partir du moment où l’embryon humain est déjà livré à la recherche, depuis 2004.

Comment expliquer que les sénateurs aient déjà pu détricoter avec tant d’entrain le texte voté en première lecture à l’Assemblée nationale fin janvier  ?

Vis-à-vis de l’exécutif, le temps est à l’émancipation. Plus encore au Sénat, quelques semaines après les dernières élections cantonales qui préfigurent un vraisemblable basculement à gauche de la Chambre haute. Elle est devenue la caisse de résonance parlementaire de la dérive libérale-libertaire, on l’a vu avec le récent débat sur l’euthanasie. D’autant que quelques sénateurs centristes ou UMP ont eu à cœur de montrer leur «  humanisme de progrès  », à l’image du rapporteur UMP du texte Alain Milon ou de la centriste Muguette Dini, présidente de la commission des Affaires sociales. À droite comme à gauche, serait-il plus tentant de montrer qu’on est le premier à épouser son époque, en suivant ses mœurs, que de s’attacher aux casse-tête que constituent la dette publique ou le défi environnemental  ?

Il faut aussi compter avec le lobby homosexuel, de plus en plus revendicatif, comme on a pu le mesurer par l’intensité des débats sur le don de sang. Le PS a bataillé pour que les personnes homosexuelles ne puissent plus être «  exclues  » de ce don, en raison de la prévalence du VIH, une exclusion jugée discriminatoire pour les uns et, au contraire, conforme à la santé publique pour le gouvernement. À ses yeux, ménager la susceptibilité d’un groupe de citoyens ne légitime pas qu’on mette en danger la vie des transfusés.

Le Sénat s’est également montré sensible à quelques coups médiatiques. Celui des époux Mennesson a échoué. L’histoire de leurs jumelles obtenues en Californie d’une mère porteuse et dont ils réclament la régularisation en France est marquée par trois femmes  : la génitrice («  une amie  ») qui a donné ses ovocytes, l’Américaine «  gestatrice  » qui a porté et enfanté les jumelles contre un dédommagement de 12 000 dollars, et Madame Mennesson qui les élève avec son mari après les avoir amenées en France. Monsieur Mennesson en est, lui, le géniteur. Désavouant le ministère public, la cour de Cassation a débouté le couple le 6 avril, en jugeant que les enfants nés de mères porteuses à l’étranger ne devaient pas être inscrits à l’état civil français. Au Sénat, le sénateur Milon qui a bataillé pour la gestation pour autrui, a été contredit à son tour par ses collègues. Un coup d’arrêt conforme à la tradition française de non-marchandisation du corps. Le Conseil d’État, dans un rapport préparatoire à l’actuelle révision, avait, sur ce point, incité la France à ne pas à s’aligner sur le «  moins-disant éthique  ».

De même, le Sénat est revenu sur l’autorisation des dons de gamètes par des personnes n’ayant pas procréé. Une autre avancée éthique, très légère, doit être notée, avec l’ajout au dispositif du bébé-médicament de la mention «  sous réserve d’avoir épuisé toutes les possibilités offertes  ».

Est-ce par le succès des recherches alternatives que certaines transgressions pourraient finir par tomber en désuétude  ? On ne parle pratiquement plus du clonage depuis la découverte des cellules IPS qu’on peut reprogrammer, et vers lesquelles le «  père  » de Dolly, premier mammifère cloné, s’est réorienté. Malgré la nouvelle annonce du professeur Peschanski, sur les perspectives de la recherche sur l’embryon humain, lancée à l’ouverture des débats au Sénat pour, de son propre aveu, influer sur la loi bioéthique, certains de ses collègues commencent à réagir. Deux chercheurs, Alexandra Henrion et Alain Privat, ont publié dans Le Figaro du 9 avril une tribune intitulée «  Alerte à la conscience scientifique  ». Ils y notent que «  les cellules souches embryonnaires humaines (ES) ne constituent pas un outil unique et irremplaçable  » et ajoutent que «  la libéralisation de leur utilisation signifie de facto la création d’organismes ‘chimériques’ ». Cette dérive, Marie-Thérèse Hermange a réussi à la contrer en faisant adopter un amendement interdisant clairement l’hybridation homme-animal. Très en pointe dans ce débat, la sénatrice de Paris s’est battue jusqu’au bout pour le respect de la dignité de l’embryon humain. Louée par ses collègues pour sa «  cohérence  », elle a même été soutenue sur un point  : son amendement réinstaurant la révision périodique de la loi de bioéthique a été voté. Pourquoi déléguerait-on ce thème crucial à des instances spécialisées, vulnérables aux conflits d’intérêts  ?

Il est finalement probable que l’Assemblée nationale — qui aura le dernier mot — redonnera son économie générale au texte.

Sauf, peut-être, sur un point  : le main­tien d’une liberté de prescription des médecins, en matière de dépistage du handicap, et spécialement de la trisomie 21. À l’Assemblée nationale, le rapporteur Jean Leonetti avait fait ajouter au nouveau texte de loi la mention «  lorsque les conditions médicales le nécessitent  ». Elle exonérait les médecins de l’obligation de systématiser la proposition des examens prénataux, en les laissant juges de cette opportunité. Le Sénat a effacé cette mention. Entre-temps, les dirigeants du syndicat des gynécologues-obstétriciens s’étaient mobilisés, prenant à contre-pied une partie de leur base, réunie au sein du Collectif pour sauver la médecine prénatale. Soucieux de ne pas participer à un eugénisme d’État, ce collectif s’alarme de l’abandon de la liberté de prescription qui est attachée au statut du médecin. Si le texte reste en l’état, ils seront tenus de proposer à «  toutes les femmes enceintes  », les examens de dépistage, spécialement ceux de la trisomie 21. Que fera l’Assemblée sur ce point sensible  ? Jean Leonetti semble prêt à hésiter.

 

Source : France Catholique

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Bioéthique
commenter cet article
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 02:51
Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Bioéthique
commenter cet article
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 06:13
Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Bioéthique
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 07:14


Le 7 février, veille du début des révisions des lois de bioéthique au Parlement, Frigide Barjot a lancé un Appel aux députés sur les lois de bioéthique, signé par une vingtaine de personnalités et ouvert au public, demandant le maintien du principe d’interdiction de la recherche sur l’embryon. Après sa campagne médiatique – « Touche pas à mon pape ! » – en faveur de Benoît XVI, l’humoriste et « chroniqueuse mondaine » fait à nouveau parler d’elle.


© JeanduSartel
Après la défense du pape, celles des embryons, pourquoi ?

Je défends les plus attaqués qui n’ont pas voix au chapitre ! Quand l’heure était à la chasse médiatique contre celui qui est, excusez du peu, le chef d’une Église forte de 1 milliard de croyants – et que je tiens pour un cadeau du Ciel –, je le défendais. Aujourd’hui, le plus menacé, c’est l’embryon humain. Nous sommes à deux doigts de supprimer l’interdiction de recherche sur l’embryon. Donc de permettre qu’on le transforme en simple matériau de laboratoire. On nage en plein délire. Je suis un embryon ! Qui n’a pas été un embryon ? Alors oui, cette fois je dis : « Touche pas à mon embryon ! » La France, pays des Lumières, ferait bien de prendre exemple sur l’Allemagne qui ne fabrique pas d’embryons surnuméraires parce qu’elle sait à quoi ces actions peuvent aboutir. Il faut arrêter de marcher sur la tête.

Vous lancez également une pétition ?

Il n’y a pas que Frigide Barjot figurez-vous qui soit scandalisée par ce qui se passe ! Il y a aussi l’ancien PDG d’Axa Claude Bébéar, le philosophe Rémi Brague ou mon amie la créatrice Hermine de Clermont-Tonnerre. Des chefs d’entreprises, des intellectuels et des gens qui font la fête ! Tous sont inquiets que la France puisse, à l’occasion de ces révisions des lois de bioéthique, permettre que des centaines de milliers d’embryons se retrouvent sur des paillasses de laboratoires. Quand la France applique un principe de précaution aux espèces végétales et animales, que ne le fait-elle pas à mon espèce, celle de mes frères humains ?

Que préconisez-vous dans votre appel ?

Le maintien du statu quo actuel : l’interdiction de principe de recherche généralisée sur l’embryon qui, à mon sens, est jusqu’à aujourd’hui tout à l’honneur de la France. On nous dit qu’il faudrait aller dans le sens du progrès en libéralisant, comme certains de nos voisins, ce type de recherche. Mais dans « bioéthique », il y a le mot « bio » qui signifie « vie » et le mot « éthique » qui signifie « dignité ». Pourquoi la France ne donnerait-elle pas l’exemple ? Aussi, je dis aux députés : « Soyez courageux ! Soyez les représentants des Français qui ont encore une conscience et ne veulent pas voir leurs scientifiques se transformer en apprentis sorciers. Ce qui est en jeu, c’est l’avenir de l’humanité ! »

 

Source: Famille Chrétienne

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Bioéthique
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 07:12
Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Bioéthique
commenter cet article
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 21:35

Frigide Barjot lance un Appel aux députés sur les lois de bioéthique, signé par une vingtaine de personnalités et ouvert depuis aujourd’hui au public, demandant le maintien du principe d’interdiction de la recherche sur l’embryon. Elle répond à Famille chrétienne :

F "Je défends les plus attaqués qui n’ont pas voix au chapitre ! Quand l’heure était à la chasse médiatique contre celui qui est, excusez du peu, le chef d’une Église forte de 1 milliard de croyants – et que je tiens pour un cadeau du Ciel –, je le défendais. Aujourd’hui, le plus menacé, c’est l’embryon humain. Nous sommes à deux doigts de supprimer l’interdiction de recherche sur l’embryon. Donc de permettre qu’on le transforme en simple matériau de laboratoire. On nage en plein délire. Je suis un embryon ! Qui n’a pas été un embryon ? Alors oui, cette fois je dis : « Touche pas à mon embryon ! » La France, pays des Lumières, ferait bien de prendre exemple sur l’Allemagne qui ne fabrique pas d’embryons surnuméraires parce qu’elle sait à quoi ces actions peuvent aboutir. Il faut arrêter de marcher sur la tête."

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Bioéthique
commenter cet article

LA PAROISSE

 

 

 

Le Blog de la paroisse est tenu par des laïcs, pour les actes de catholicité ou pour contacter

le secrétariat de la paroisse vous pouvez le faire au

03 80 20 10 41 et à l'adresse :

martine-germain@wanadoo.fr


:

   

 

Pour écrire au "blog", vous pouvez utiliser l'adresse suivante:


paroissebligny@yahoo.fr


Les annonces du mois :

 


SEPTEMBRE 2013

 

 


 

 

 

  •  

 

 

 

 

IMG_6445--2-.JPGC'est en vain qu'on cherche à remplacer Dieu. Rien ne saurait combler le vide de son abse

EVANGILE DU JOUR