Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abbé Yves GROSJEAN


installation-yves-grosjean

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Rechercher

Le saint du jour

Le psaume du jour

 

 

31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 03:53

 
Paques - Rameaux
Six jours avant la Pâque juive, Jésus retourne à Jérusalem. La foule a tapissé le sol de Rameaux verts pour acclamer Jésus lors de son entrée dans la ville.
 
C'est en mémoire de ce jour que les catholiques portent des rameaux (de buis, oliviers, lauriers ou palmiers, selon les régions. Ces rameaux, une fois bénis, sont tenus en main par les fidèles qui se mettent en marche, en procession : marche vers Pâques du peuple de Dieu à la suite du Christ.

Le dimanche qui précède la fête de Pâques, appelé « dimanche des Rameauxet de la Passion », l'Église célèbre solennellement, avant la messe, l'entrée messianique du Seigneur à Jérusalem, telle que les quatre évangiles la rapportent : « La foule nombreuse venue pour la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem ; ils prirent les rameaux des palmiers et sortirent à sa rencontre et ils criaient : Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur » (Jn 12, 12-13).

Ces paroles sont chantées comme Antienne d'ouverture au lieu, différent de l'église, où les fidèles se sont réunis : après une brève allocution, le célébrant bénit les rameaux (en Occident, il s'agit ordinairement non de palmes, mais de buis ou de lauriers) ; le diacre ou, à son défaut, un prêtre, lit le récit évangélique de l'entrée messianique de Jésus et l'on se rend en procession jusqu'à l'église.
La messe de la Passion commence alors par la Prière d'ouverture. La tradition chrétienne veut que l'on emporte, après la messe, les rameaux bénits, pour en orner les croix dans les maisons : geste de vénération et de confiance envers le Crucifié.

Source : Dom Robert Le Gall - Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

 

 

 

 

La foule des Rameaux

Nous entrerons dans la Semaine sainte par le porche que constitue la fête desRameaux. Ne sommes-nous pas, chrétiens, plus souvent que nous ne le pensons, cette foule des Rameaux ? Celle qui acclame le Fils de David en jetant manteaux et branches d'arbres sur le passage de l'étrange cortège : Le Maître monté sur une ânesse, et ses disciples, dont la peur et le trouble intérieurs ne sont guère atténués par le fragile enthousiasme d'un instant.

Et ils ont raison les disciples... car la foule est changeante et ils n'en sont pas très éloignés. L'histoire est riche en exemples de retournements de la foule. Elle met rapidement à mort ceux qu'elle a encensés. Elle vous redresse en un tour de main ceux qu'elle avait ignorés. Le seul qui ne se fait guère d'illusion c'est bien - à cet instant de l'Évangile - celui qui la connaît le mieux et qui lui a si souvent parlé.

Il ne l'a pourtant jamais flattée, il ne lui a pas fait de fausses promesses. Il l'a même parfois rudoyée mais toujours au nom de cette vérité et de cette justice dont il était, au nom de Dieu, le messager et même, beaucoup plus, l'incarnation et la présence. Il a guéri ses malades, nourri ses affamés, rendu leur visage et leur nom à ses anonymes.

D'ailleurs, pas d'inquiétude apparente... Pour l'heure ils sont là. C'est à celui qui crie le plus, qui chante plus fort que les autres, qui trouve le meilleur qualificatif : « Envoyé du Seigneur, Prophète, Fils de David » et j'en passe sûrement... À l'applaudimètre de la foule, Jésus est vainqueur. Il ne sera pas arrêté. Pensez donc ! Elle réagira, la foule, elle fera barrage... Vous la sonderiez sur le champ qu'elle serait ébahie, la foule, si vous envisagiez la moindre menace pour celui qui lui a rendu espoir et courage.

Mais elle changera rapidement d'avis et réclamera la mort, quitte à verser quelques larmes, en se frayant une place sur les bords du chemin qui conduit au Golgotha.

Nous sommes, encore aujourd'hui, cette foule qui acclame et qui condamne. Tous, à différents niveaux, sous différents visages. Sans exception... Et si, dans cette foule, avaient lieu quelques actes de conversion ? Ils suffiraient sûrement pour proclamer, à la face du monde, que les paroles et les actes de celui que l'on a crucifié, en dépit des violences ou des ralliements à ceux qui veulent la mort du juste, sont le signe que l'Amour peut traverser le pire, pour être, parce qu'il s'agit de Dieu, source et don de la vie éternelle...

Mgr André Dupleix
Secrétaire général adjoint de la Conférence des Evêques de France
Billet paru dans le Courrier hebdomadaire, mars 2008
Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Carême
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 12:08

 

Étudiants, actifs ou retraités ; seul, en couple ou en famille : l'offre de retraites en ligne sur Internet s'adapte à tous les besoins.

 

 

 

Vous n'avez pas le temps de faire une pause spirituelle avant Pâques ? Voici cinq sites Internet pour essayer la retraite spirituelle en ligne.

■ Le Carême en toute simplicité  : www.croire.com/careme

Vivre un carême dans la simplicité avec Claire et François d'Assise, c'est la proposition de croire.com. Un thème, dans l'esprit franciscain, est décliné chaque semaine : le jeûne, la prière, la nature, le silence, la paix et le partage.

L'inscription gratuite donne accès à des conseils, des textes spirituels, et des pistes concrètes pour avancer vers Pâques.

■ Dominicains : dix ans sur la Toile :   www.retraitedanslaville.org

Pour la dixième année consécutive, le site Internet des Dominicains de Lille propose gratuitement une retraite en ligne sur le thème : "La vie en abondance".

Au menu de ces quarante jours, du 22 février au 8 avril : une courte méditation envoyée quotidiennement par mail, des offices chantés téléchargeables en ligne, des intentions de prières portées par plusieurs communautés dominicaines et, surtout, la possibilité de dialoguer et d'être accompagné individuellement et en toute confidentialité.

"Notre souci est de rester accessibles à tous les internautes, quelle que soit leur situation vis-à-vis de la foi ou de l'Église", insiste le P. Thierry Hubert, responsable du site qui comptabilisait, l'an dernier, 51 000 inscrits à travers le monde et jusqu'à 260 000 visiteurs uniques.

Un succès croissant depuis 2003 qui a amené la province dominicaine de France à renforcer sa présence sur Internet. À commencer par une nouvelle rubrique destinée aux enfants, "Dessine l'Évangile", mais aussi de nouvelles déclinaisons de "Retraite dans la ville" tout le reste de l'année.

■ Dans la tradition ignacienne : www.ndweb.org/versdimanche/ 

Méditer et ruminer chaque jour l'Evangile qui sera proclamé le dimanche suivant, c'est la proposition du site de spiritualité ignatienne qui édite "Vers dimanche". Le texte du Nouveau Testament est éclairé chaque jour par une méditation différente qui permet de goûter en finesse et en profondeur les textes du Carême.

Avantage : la version au format PDF est adaptée à la lecteur sur tablette numérique ou smartphone. 

■ À l'école thérésienne :   www.carmes-paris.org

Pour ceux qui veulent (re)découvrir la spiritualité de sainte Thérèse de Lisieux, les Carmes de la province de Paris proposent de "mieux comprendre l'amour du cœur de Jésus", selon le souhait de la jeune carmélite.

Au programme : envoi d'un message électronique hebdomadaire concocté par le P. Philippe Hugelé, prieur du couvent de Lisieux, avec une thématique spirituelle, des extraits de correspondance, des méditations quotidiennes et une piste d'approfondissement sur Internet (vidéo, conférence, etc.).

■ Par les Fraternités monastiques : retraites-avec-jerusalem.cef.fr

Réputées pour la beauté de leur liturgie, les Fraternités monastiques de Jérusalem ont décidé, cette année, de mettre l'accent sur la Semaine sainte et la semaine de l'Octave qui suit Pâques.

Durant cette période, la plus importante de l'année au plan liturgique : podcast quotidien, commentaire d'Évangile, œuvre d'art et méditation rédigée par les sœurs de la communauté.

■ Conférences de Carême

→ À Paris : le cycle de conférences de Carême à Notre-Dame de Paris a pour thème : " La solidarité : une espérance et une exigence". Chaque dimanche, du 26 février au 1er avril, une personnalité dialoguera avec une voix représentant la « conscience chrétienne ». Retransmission en direct chaque dimanche à 16 h 30 sur France Culture et KTO ; en différé sur RCF et Radio Notre-Dame.

→ À Lyon : le cycle de conférences porte sur "l'Esprit". Du 26 février au 25 mars, à 15 h 30, à la basilique de Fourvière. Diffusion en différé sur RCF.

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Carême
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 04:24

 

 

 

« Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain,

Ni son serviteur ni sa servante,

Ni son bœuf ni son âne :

Rien de ce qui lui appartient. »

(Exode 20,17)

 

-careme2012-lapinbleu-19dimanche3

 

-J’écris ou j’apprends ce verset.

-Je me répète ce verset plusieurs fois dans la journée et j’écoute ce que peut me dire le Seigneur dans cette parole.

-Je peux mettre en pratique ce verset, comme il me semble bon de le faire.

-Je remplis la bulle.

-Je peux partager mon expérience (ou comment j’ai essayé de mettre cette parole en pratique et le bienfait que j’en ai reçu)).

 

Aide pour comprendre ce verset :

Le livre de l’Exode est le deuxième de la Bible. Il raconte l’histoire de Moïse qui libère le peuple hébreu alors esclave de Pharaon, son errance dans le désert, le don de la Loi et le peuple qui a du mal a suivre les voies de Dieu..

Ce passage est l’un des dix commandements (Décalogue)

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Carême
commenter cet article
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 04:26

padreblog.jpgLe carême, un temps pour "se faire mal" ???? Au contraire ! L'abbé AMAR explique, pour "3 min pour convaincre", comment le carême est un temps idéal pour retrouver ou exercer sa liberté intérieure !

 

Par Padreblog

 

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Carême
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 05:32

crucifixion_a_mantegna.jpgRetrouvez les émissions de KTO au fur et à mesure des semaines du Carême en cliquant sur les Paroles (ci dessous)

 

KTO.jpg


Sept paroles, sept dernières paroles rapportées par les Évangiles et qui ont été prononcées par le Christ avant sa mort sur la Croix.

 

Sept paroles qui résonnent pour les chrétiens depuis deux mille ans et qui symbolisent pleinement la souffrance et la délivrance.

 

Empreints de miséricorde, empreints de doutes, empreints de mystères, ces mots nous interrogent toujours sur leur sens véritable et sur l'annonce qui s'y décèle : la Résurrection.

 

Pour marquer le temps du Carême, la Foi prise au mot vous propose de revenir chaque semaine sur une de ces paroles. Biblistes, exégètes et passionnés du Christ se succéderont pour nous éclairer sur ce mystère de la Croix.

 

Cette série de sept émissions, commencée avec l'admirable prière "Père Pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font" (Luc 23, 34), se poursuit dimanche avec la promesse de Jésus au Bon Larron : "En vérité, je te dis : Aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis" (Luc 23, 43).

 

Cette magnifique parole d'espérance nous interroge.

 

Pourquoi Jésus pardonne-t-il si allègrement au Bon Larron et que lui pardonne-t-il exactement ?

Quel sens spirituel cette déclaration a-t-elle ?

 

Pour y répondre, Régis Burnet reçoit deux invités : le Père Michel Fédou, jésuite et professeur de théologie dogmatique au Centre Sèvres, et Grégori Solari, essayiste et directeur des éditions Ad Solem.


(Les textes sont tirés de la Traduction œcuménique de la Bible)

 

1 : Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font (Luc 23 :34) prononcée immédiatement après son crucifiement entre deux malfaiteurs. Jésus demande ce pardon pour ceux qui ont participé à sa condamnation et exécution.

 

2 : En vérité, je te le dis, aujourd’hui, tu seras avec moi en paradis (Luc 23:43) adressée à un des deux malfaiteurs, en réponse à sa demande souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton royaume. La tradition se souvient de lui comme du Bon Larron, reconnu par l'Église comme Saint Dismas.

 

3 : Femme, voici ton fils. À Jean : Voici ta mère (Jean 19:26-27) adressées à sa mère et à Jean. Au-delà du devoir filial ainsi accompli, la tradition a perçu ceci comme la maternité spirituelle de Marie vis-à-vis des croyants représentés par le « disciple qu’il aimait ».

 

4 : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? (Marc 15:34 et Matthieu 27:46) crié « à voix forte » en araméen Eloï, Eloï, lama sabbaqthani ? (Ps 22:2) Souffrance suprême du sentiment d’abandon : la nuit obscure de l’homme Jésus.

 

5 : J’ai soif (Jean 19:28) prononcée « pour que l’Écriture soit accomplie jusqu’au bout », commente l’évangéliste. Jésus cite le psaume 69:22 : ils m’ont donné du poison à manger, et pour boire, du vinaigre lorsque j’avais soif.

 

6 : Tout est achevé (Jean 19:30) prononcée après qu’il eut pris le vinaigre. Mission accomplie et paix retrouvée.

 

7 : Jésus poussa un grand cri : Père, entre tes mains je remets mon esprit (Luc 23:46). Et sur ces mots il expira. C’est au Père que se rapporte la dernière parole de Jésus comme le fut sa première : Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? (Luc 2:49).

 

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Carême
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 05:30

 

« Prends ton Fils, ton fils unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là, tu l’offriras en sacrifice sur la montagne que je t’indiquerai. » (Genèse 22,2)

-careme2012-lapinbleu-12dimanche2b

 

 

-J’écris ou j’apprends ce verset.

-Je me répète ce verset plusieurs fois dans la journée et j’écoute ce que peut me dire le Seigneur dans cette parole.

-Je peux mettre en pratique ce verset, comme il me semble bon de le faire.

-Je remplis la bulle.

-Je peux partager mon expérience (ou comment j’ai essayé de mettre cette parole en pratique et le bienfait que j’en ai reçu)).

 

Aide pour comprendre ce verset : Abraham a été choisi par Dieu pour avoir une descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel. Seulement voilà, il a un descendant, Isaac. Un jour, il entend Dieu lui demander d’offrir son fils en sacrifice alors qu’il a eu beaucoup de mal à l’avoir. En plus, le voilà devenu vieux. Dieu a des idées décidément bien curieuses, d’un côté, il promet que la descendance d’Abraham sera nombreuse, et de l’autre, il lui demande son fils.. Que va-t-il se passer ? La suite est dans le livre de la genèse au chapitre 22.

Dans cet épisode, on peut voir la figure de Jésus, le Fils unique de Dieu dans la personne d’Isaac, qui monte vers sa Passion.

 

Source : http://tempsliturgique.over-blog.com

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Carême
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 07:50

Au travail comme à la maison, nous avons l’habitude de jongler entre les activités : téléphoner en marchant, écouter la radio en déjeunant, twitter dans les transports … Il n’est pas toujours facile de s'arrêter. Cette deuxième semaine de carême, nos grands témoins nous proposent leurs conseils pour faire une pause de silence et redécouvrir la prière.

Ma pause carême

 

 

Les conseils de Rose Bacot pour prier comme un enfant

Piano, violoncelle, clarinette… Rose Bacot est une musicienne aux ressources muliples, qu'une double culture religieuse, juive et chrétienne, a prédisposée à l'ouverture. C'est la naissance de son fils qui a ramené Dieu dans sa vie. Elle nous engage à retrouver dans la prière la spontanéité et la confiance de l'enfant.

1 Soyez libre d’être vous-même 

L’enfant dit ce qu’il pense, ce qu’il vit. Nous aussi, exprimons nos détresses, nos souffrances, nos joies.

Ne nous composons pas le visage que nous pensons devoir présenter devant Dieu. Tenons-nous, non pas comme des mercenaires ou des esclaves, mais comme des enfants devant leur père. 

2 Ayez confiance en Dieu 

On ne se livre qu’à celui en qui on a confiance. Jamais, on ne dira ce qui nous fait souffrir à celui que l’on croit pouvoir nous faire de mal.

Cela paraît évident mais, au fond, avons-nous cette confiance envers la bonté du Père ? Lui laissons-nous visiter nos détresses ?

3 Laissez-vous guider

Avoir confiance, c’est également accepter de suivre le chemin qui s’ouvre à nous, tout en étant dans l’obscurité.

Un enfant ne se demande pas où l’emmènent ses parents, il les suit en confiance.  

4 Acceptez d’être incohérent

En chacun de nous coexistent la joie et la peine, la détresse et l’action de grâce. Notre culture marquée par le rationalisme a du mal à le reconnaître.

Il faut apprendre à accepter la présence simultanée de ces émotions contradictoires. 

5 Espérez dans le retour de la vie

Il ne faut pas hésiter à se laisser couler tout au fond pour rebondir, plutôt que de tenir par la force du poignet en refusant notre détresse.

La vie renaît au fond. Je le vis presque chaque jour.  

6 Guettez la présence de Dieu

La foi ne nous épargne pas la souffrance. Dieu ne nous sauve pas à coups de baguette magique. Mais il vit nos épreuves avec nous ou nous porte sur ses épaules.  

7 S’imprégnez des psaumes

Ces prières poétiques nous aident à vivre différentes attitudes, comme par exemple celles évoquées ci-dessus. 

Elles nous invitent à devenir semblables à des enfants qui passent des larmes au rire, pour qui l’effondrement dû au deuil subitement peut se changer en joie, et qui n’hésitent pas à se montrer tels qu’ils sont devant le Père miséricordieux.

(Interview par Xavier Accart)

Une idée pour prier

 

Le carême offre quarante jours pour se remettre à prier. Vous souhaitez relancer votre vie intérieure ou expérimenter pour la première fois la prière ? Étienne Séguier, journaliste à La Vie vous propose chaque jour une façon simple et facile de vous rendre disponible à la présence de Dieu.

 

Aujourd'hui : en méditant les textes de la Bible sur la Création

Elle est belle la création de Dieu ! Le carême offre une occasion pour la contempler à nouveau et la respecter davantage.

La Genèse, au chapitre 1, célèbre la beauté du ciel et de la terre.

Le psaume 104 chante « la terre remplie de richesse ».

Avec le livre Jérémie, nous voilà mis en garde : « le peuple méconnaît l’œuvre de Dieu », au chapitre 5, versets 20 à 29.

Au milieu de cette création, le Christ tient une place centrale, rappelle l’épitre aux Colossiens, chapitre 1 versets 12 à 23.

A la fin du temps, la terre sera renouvelée, veut-on croire avec l’Apocalypse, du chapitre 21 jusqu’au chapitre 22, versets 5.

Belle plongée à vous dans cet éloge d’une nature réconciliée avec les hommes.

La prière du jour avec prier.fr, à méditer pour se nourrir de la Parole de Dieu

Va d’abord te réconcilier avec ton frère

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Carême
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 04:04

Les catholiques du monde entier sont entrés la semaine dernière dans le temps du Carême. Mais qui fait encore le Carême et à quoi sert-il ? Pour redécouvrir le sens de ce temps qui nous invite à un réveil de la vie intérieure, Dieu Merci a invité le père Pascal Molemb Emock, prêtre du diocèse d’Avignon. Cette vie intérieure que deux jeunes qui seront également sur le plateau sont allés chercher dans un tour du monde ! Rendez-vous demain matin à 09h00 sur Direct 8 !

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Carême
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 03:58

 

« Encore quarante jours et Ninive sera détruite ! » Aussitôt, les gens de Ninive crurent en Dieu » (Jonas 3,4)

-careme2012-lapinbleu-08mercredi1

 

 

 

-J’écris ou j’apprends ce verset.

-Je me répète ce verset plusieurs fois dans la journée et j’écoute ce que peut me dire le Seigneur dans cette parole.

-Je peux mettre en pratique ce verset, comme il me semble bon de le faire.

-Je remplis la bulle.

-Je peux partager mon expérience (ou comment j’ai essayé de mettre cette parole en pratique et le bienfait que j’en ai reçu)).

 

Aide pour comprendre ce verset :

Le livre de Jonas est une sorte de parabole. Jonas représente le peuple Israël qui refuse sa mission nouvelle. Ninive, c’est la ville païenne ennemie. Une fois que cette ville se convertit, Jonas se rebelle contre la Miséricorde de Dieu et s’enferme sur ses problèmes (= ses privilèges).

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Carême
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 19:19
"C’est le Carême, livrons-nous à une compétition acharnée du sourire. C’est bon pour la santé spirituelle. C’est à notre sourire qu’on reconnaîtra si on fait un bon Carême " Mgr Pascal N'Koue
Source : L1visible
Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Carême
commenter cet article

LA PAROISSE

 

 

 

Le Blog de la paroisse est tenu par des laïcs, pour les actes de catholicité ou pour contacter

le secrétariat de la paroisse vous pouvez le faire au

03 80 20 10 41 et à l'adresse :

martine-germain@wanadoo.fr


:

   

 

Pour écrire au "blog", vous pouvez utiliser l'adresse suivante:


paroissebligny@yahoo.fr


Les annonces du mois :

 


SEPTEMBRE 2013

 

 


 

 

 

  •  

 

 

 

 

IMG_6445--2-.JPGC'est en vain qu'on cherche à remplacer Dieu. Rien ne saurait combler le vide de son abse

EVANGILE DU JOUR