Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abbé Yves GROSJEAN


installation-yves-grosjean

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Rechercher

Le saint du jour

Le psaume du jour

 

 

22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 16:38

 

initiales_aime
Deux publications récentes proposent des pistes de réflexion et d'animation pour parler de la vie affective et de la sexualité aux jeunes. « Aime et fais ce que tu veux » par le Service national de la catéchèse et du catéchuménat (SNCC) et « L'éducation affective, relationnelle et sexuelle dans les établissements catholiques d'enseignement » s'adressent aux éducateurs.

« Puisqu'il faut bien une première fois, pourquoi se poser tant de questions ? », « Comment faire un choix si on n'a pas expérimenté avant ? », « A quoi ça sert de se marier si c'est pour divorcer ? » Pour répondre aux questions de Sabrina, Charles, Laetitia et les autres, le Service national de la catéchèse et du catéchuménat (SNCC) publie un numéro spécial de la revue Initiales. Consacrée à la vie affective et sexuelle des adolescents, la revue a été réalisée en partenariat avec l'Enseignement catholique, les Aumôneries de l'Enseignement public et le CLER Amour et Famille. Le 2 septembre 2010, le SNCC avait invité trois des auteurs à la présenter.

Pourquoi l'Eglise se mêle-t-elle des questions de sexualité ? « Au nom d'un Dieu fait homme et partie prenante de la vie des hommes, pour accompagner cette jeunesse, répond Sœur Véronique Margron, o.p., théologienne moraliste et doyenne de la faculté de théologie de l'université catholique de l'Ouest. L'amour est béni de Dieu ! »

Et pourtant, rien de plus difficile qu'aimer ! Pour Olivier Florant, sexologue et conseiller conjugal au CLER Amour et Famille, tout l'enjeu est de « donner du sens aux gestes ». Cela s'apprend et c'est culturel.

« Eduquer à l'amour, c'est annoncer la foi, poursuit Dr François Moog, théologien et directeur de l'institut supérieur de Pastorale Catéchétique (ISPC) à la Catho de Paris. Quand l'Eglise entre en relation avec la société, elle accomplit un acte d'évangélisation ».

92 pages et un DVD

« L'adolescence est une période fragile. Entre ne pas en parler et trop en parler, l'Eglise est tout à fait dans sa mission » conclut Mgr Benoît Rivière, évêque d'Autun et président du Conseil pour la pastorale des enfants et des jeunes.

La conviction que « l'amour et la sexualité sont des dons de Dieu » sous-tend donc la vision positive de la sexualité développée dans « Aime et fais ce que tu veux ». On y rappelle « les fondamentaux et les priorités », plutôt que de dresser une liste d'interdits. Paroles d'ados, fiches d'animation pour les itinéraires, éclairages et ressources composent ce précieux outil destiné aux prêtres, diacres, chefs d'établissements, enseignants, catéchistes et animateurs d'aumônerie ou en mouvements de jeunes.

Le numéro spécial de la revue Initiales est disponible en librairie religieuse ou par correspondance via le site Internet du SNCC.

education_affective_enseignement_catholique
L'éducation affective, relationelle et sexuelle dans les établissements catholiques d'enseignement

Eclairage d'Eric de Labarre, Secrétaire général de l'Enseignement catholique, sur le texte promulgué par la Commission permanente en avril 2010.

« Nous prétendons, dans les établissements catholiques d'enseignement, assurer une éducation intégrale de l'homme. Nous nous efforçons de former des jeunes sur les plans intellectuel et physique mais aussi moral, éthique et spirituel. Aujourd'hui, il est évident que l'éducation affective, relationnelle et sexuelle des enfants et des jeunes est une dimension essentielle de l'éducation. Nous ne pouvons pas négliger cet aspect. Que l'enseignement catholique dise cela est déjà un très grand pas (...) Si les adultes que vont devenir les enfants et les jeunes de nos établissements ne sont pas capables de maîtriser leur affectivité, de canaliser leur activité sexuelle et de lui donner un sens, on va vers une société qui va devenir invivable. Il s'agit d'appeler les jeunes à la responsabilité. Elle concerne la relation affective, la relation sexuelle et de manière plus générale, toute forme de relation à l'autre. Nous voulons leur faire comprendre que la relation à l'autre est un élément essentiel de leur propre équilibre ».
http://www.eglise.catholique.fr
Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Education
commenter cet article
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 16:36

Olivier Rey, auteur de Une folle solitude : le fantasme de l'homme auto-construit, nous invite à voir dans l’obéissance non pas la négation de la liberté, mais sa condition préalable.


© JL.PELAEZ-GETTYIMAGES

Comment expliquer la recrudescence du discours sur l’autorité (des pédopsychiatres aux politiques), alors que la notion d’obéissance continue à être dénigrée, ou simplement oubliée dans le discours éducatif ?

On commence peu à peu à comprendre que préserver un certain principe d’autorité n’est pas s’opposer à l’émancipation de l’être humain, mais permettre au contraire à celle-ci de s’accomplir. Pour l’obéissance, apparemment, nous n’en sommes pas encore là. Nous devons encore attendre, même si le temps presse.

Françoise Le Corre, qui a écrit Les Jardins oubliés de l'obéissance, compare l’obéissance à un jardin, préparé par ceux qui nous ont précédés, où s’enraciner. Pour elle, l’oubli de l’obéissance témoigne d’un vide dans la trajectoire éducative. Le déclin de l’obéissance a-t-il un lien avec le malaise dans la transmission ?

« L’impulsion du seul appétit est esclavage », disait Rousseau. De ce fait, nous ne naissons pas libres, mais seulement nantis d’une disposition, d’une vocation à la liberté, que l’éducation a pour mission de faire s’épanouir. Comment ?  Ce n’est certainement pas en supposant la liberté d’emblée présente qu’on aide le processus à s’accomplir. Les nouveaux venus, afin d’accéder pleinement à l’humanité, doivent commencer par s’en remettre à ceux qui les ont précédés. Plus exactement, ceux qui les ont précédés doivent obliger les nouveaux venus à les écouter, à leur obéir (« obéir »  vient du latin obaudire qui veut d’abord dire « écouter » , « prêter une oreille attentive » ).

Cette obéissance réclamée n’est pas la négation de la liberté, mais sa condition préalable. La même chose vaut pour la transmission, qu’on a souvent opposée au libre développement des enfants. Mais les enfants, pour se développer pleinement, ont besoin que beaucoup de choses essentielles leur soient transmises.

Que dire de la tension entre les grands discours de la pédagogie valorisant l’autonomie de l’enfant et l’esprit critique et, dans les familles, la nécessité que les enfants obéissent ?

Les familles se trouvent aujourd’hui dans une position très délicate, parce qu’exposées à deux injonctions contradictoires. D’une part, élever correctement leurs enfants, ce qui ne saurait être réalisé sans un certain exercice de l’autorité, ni sans que soit réclamé des enfants d’obéir à ce qui leur est demandé. D’autre part, les familles sont immergées dans une société qui, au lieu de les soutenir dans leur tâche éducative, discrédite les moyens nécessaires à l’accomplissement de cette tâche.

D’une certaine manière, la société dit aux enfants que les adultes, quand ils leur demandent d’obéir, sont des tyrans. C’est au point que beaucoup de parents qui, naguère, auraient eu honte devant les autres que leurs enfants se comportent mal en public, ont honte aujourd’hui d’intervenir, par peur de passer pour des persécuteurs.

À l’heure actuelle, la famille est en très mauvaise posture – sauf si elle peut s’appuyer sur un environnement d’autres familles qui partagent avec elles certains principes. Les enfants comprennent alors qu’ils ne sont pas soumis à l’arbitraire parental, mais à une règle générale.

Personne ne se vantera d’avoir un enfant obéissant ; en revanche, on dira avec une nuance de fierté qu’il a son petit caractère. Qu’est-ce que cette posture révèle de la part des éducateurs ?

Les hommes ne sont pas des moutons, et il est légitime de concevoir quelque fierté du caractère dont fait montre un enfant (à condition qu’il s’agisse bien de caractère, et non de caprice). Cela étant, il n’appartient pas aux parents de manifester cette fierté auprès de l’enfant. Sinon ils l’enferment dans une situation folle :  désobéir aux parents devient satisfaire leurs désirs – c’est-à-dire, en quelque sorte, leur obéir !  Comment fera un enfant, dans cette situation, pour gagner un jour sa liberté ?  Être parent, c’est certes aimer ses enfants, mais c’est aussi, parce qu’on les aime, assumer auprès d’eux une place, endosser un rôle où on dit certaines choses et pas d’autres.

Beaucoup d’éducateurs, aujourd’hui, n’éduquent pas du tout, parce qu’ils voudraient que rien, fondamentalement, ne différencie la relation éducative d’une relation de personne à personne placées sur un pied d’égalité. La relation éducative ne nie pas un fond d’égalité. Mais c’est précisément pour que ce fond vienne à l’avant-scène qu’elle s’ancre d’abord dans une dissymétrie.

Beaucoup de parents font d’énormes efforts pour faire coopérer leurs enfants aux décisions qui les concernent, ils fréquentent des ateliers sur le thème « Mieux communiquer avec son enfant », ils argumentent les ordres. Dans les écoles, on plébiscite les systèmes de « contrat profs-élèves ». Pourtant, certains psychologues marginaux disent qu’il faut apprendre aux enfants à obéir*, sans toujours justifier les ordres, en sachant se passer de raisonnements. Qu’en pensez-vous ?

Un idéal de la modernité est de penser par soi-même. Mais la pensée, laissée à elle-même, est infirme. Si jamais nous avons une chance de parvenir à penser correctement, c’est en ayant commencé par écouter les autres et par leur obéir. Bien sûr, l’obéissance peut égarer, si ceux qui la réclament sont pervers, mais en conclure que l’obéissance en tant que telle est à condamner équivaudrait à déduire de l’existence de poisons qu’il faut cesser de manger : pour éviter le risque d’intoxication, on meurt d’inanition.

J’estime qu’il ne faut pas confondre l’obéissance avec ses dérapages pathologiques et qu’elle a un rôle essentiel à jouer dans le processus d’humanisation. Il ne faut pas céder à l’air ambiant, mais il ne faut pas croire non plus pouvoir l’ignorer. Il faut composer.

L’obéissance est souvent assimilée au dressage, hantise des pédagogues. Certains experts, comme le Pr Daniel Marcelli tentent de sauver le principe d’obéissance, en le distinguant de la soumission (définie pourtant ainsi dans le dictionnaire) : « La soumission rabaisse, alors que l’obéissance permet de grandir », dit-il. Que penser d’un tel distinguo ?

La loi a d’abord été écrite sur des tables, dont les hommes devaient suivre les commandements, avant d’être écrite dans leur cœur par le Sauveur. Ce cheminement biblique, chacun doit l’accomplir pour son propre compte, c’est en étant d’abord sous la loi que nous avons une chance de passer à l’état de celui qui est dans la loi. C’est en ce sens que l’obéissance permet de grandir. Un danger de l’obéissance est qu’on peut s’en servir à des fins mauvaises. Aussi appartient-il aux adultes, dans l’éducation, de veiller à ne jamais la réclamer que pour des fins justes. Ce faisant, les enfants ne s’habitueront pas à l’obéissance, mais à la justice.

Quelles seraient les conditions d’une obéissance constructive ?

Une obéissance constructive est une obéissance dont les exigences sont proportionnées aux facultés de ceux à qui elle est demandée. Il ne faut ni exiger ce qui est hors de portée, ni sans cesse exiger. D’un côté, en effet, notre société se montre beaucoup moins autoritaire que ses devancières à l’égard des enfants, mais de l’autre, elle ne leur accorde guère ces moments de totale liberté qui existaient auparavant. De même que les temps de la semaine ou de l’année ont tendance à s’uniformiser, de même, à une alternance d’exigences strictes et de grande latitude accordée aux enfants, s’est substituée une sorte de surveillance laxiste plus ou moins continue, et finalement très pesante.

Les enfants doivent commencer par faire confiance à leurs parents, les parents doivent progressivement leur faire confiance dans tous les domaines où ils ont acquis la possibilité de se diriger par eux-mêmes. Cette autonomie acquise par paliers, en relation avec des aptitudes réelles, est une des meilleures incitations à grandir.

* De rares thérapeutes se sont récemment intéressés à la question désertée de l’obéissance. Parmi eux, le psychologue et thérapeute familial Éric Trappeniers (auteur de Cause toujours ! – À quoi on obéit quand on désobéit ?) et le Pr Daniel Marcelli, chef du service psychiatrie infanto-juvénile au CHU de Poitiers (auteur de Il est permis d'obéir – L’obéissance n’est pas la soumission).

Pour retrouver l'enquête de Clotilde Hamon sur l'obéissance dans le numéro 1706 de Famille Chrétienne, abonnez-vous au magazine !

 

Clotilde Hamon

 

Chercheur au CNRS, Olivier Rey enseigne les mathématiques à l’École polytechnique.

 

Source: Famille Chrétienne

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Education
commenter cet article

LA PAROISSE

 

 

 

Le Blog de la paroisse est tenu par des laïcs, pour les actes de catholicité ou pour contacter

le secrétariat de la paroisse vous pouvez le faire au

03 80 20 10 41 et à l'adresse :

martine-germain@wanadoo.fr


:

   

 

Pour écrire au "blog", vous pouvez utiliser l'adresse suivante:


paroissebligny@yahoo.fr


Les annonces du mois :

 


SEPTEMBRE 2013

 

 


 

 

 

  •  

 

 

 

 

IMG_6445--2-.JPGC'est en vain qu'on cherche à remplacer Dieu. Rien ne saurait combler le vide de son abse

EVANGILE DU JOUR