Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abbé Yves GROSJEAN


installation-yves-grosjean

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Rechercher

Le saint du jour

Le psaume du jour

 

 

23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 04:43

Une saine hiérarchie nous est ici proposée dans notre attitude face aux biens de ce monde. Un équilibre difficile à obtenir, devant les tentations du monde, les inquiétudes face à la précarité de nos situations humaines et économiques. Il ne s’agit pas d’un renoncement total aux choses de ce monde, et aux biens que nécessite la vie quotidienne, mais plutôt d’ordonner ces biens que nous recevons à un bien plus grand et plus éminent.

Ainsi, un effort de conversion est-il nécessaire : est-ce que ce qui est premier dans nos préoccupations est réellement le règne de Dieu, sa Justice et sa Gloire ? Ne sommes-nous pas trop pris par les préoccupations matérielles, pour pouvoir offrir à Dieu le temps qui doit être le sien ? Il arrive trop souvent que les prêtres entendent cette confidence douloureuse : « je n’ai pas le temps de prier ». Comment peut-on en arriver là ? Ne nous faut-il pas reconnaître l’importance de l’union intime à Dieu, sa place première dans notre vie ? Cette attitude ne serait-elle pas plus saine que de penser que nous aurons toujours le temps, dans nos vieux jours, de penser au Seigneur, parce que nous serons alors à la retraite ?

« Cherchez d’abord son Royaume et sa Justice, et tout cela vous sera donné par-dessus le marché ». Voilà cette hiérarchie qui nous appelle à vivre pour l’éternité. Notre recherche ne doit pas être avant tout pour notre quotidien, mais en vue de l’éternité promise par Dieu, en vue de son Royaume et de sa Justice. Notre vie devient alors un pèlerinage apaisant, qui peu à peu délaisse le superflu et le secondaire, pour pouvoir s’attacher à ce qui est fondamental, ce qui est source de Vie : Dieu lui-même.

Faisons cet examen de notre conscience et de notre vie en y recherchant ces attachements désordonnés, qui nous empêchent de tourner réellement notre regard et notre cœur vers le Christ, de lui offrir ce quotidien, qui parfois nous tracasse et nous pèse tant. Ces soucis deviendront alors comme cette Croix que le Christ a porté jusqu’en haut du Calvaire : Il l’a portée, mais il a continué à monter. De même, portons nos inquiétudes et nos soucis, mais qu’ils ne nous empêchent pas de monter, avec un désir renouvelé, la voie de la sainteté sur laquelle le Seigneur nous appelle à cheminer. Ainsi, parvenus aux portes du Royaume, soyons prêts à nous présenter devant la Justice de Dieu, en mettant avec confiance notre espérance dans sa miséricorde sans mesure !

Abbé Benoît de Roeck + (Perpignan)

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Méditation du jour
commenter cet article
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 05:56


« Notre Père », nous employons souvent ces mots de manière machinale, habitués que nous sommes à les prononcer dans la liturgie ou dans notre prière personnelle. Ils suffisaient pourtant à faire entrer Sainte Thérèse d’Avila dans une profonde contemplation. Elle en avait saisi la grandeur ! Pouvoir dire Notre Père à Dieu, Yahvé, le Créateur du Ciel et de la Terre, seul Jésus le peut à bon droit, lui qui est Dieu lui-même. Le Notre Père, c’est d’abord sa prière. Sa propre prière de Fils. Mais il n’a pas dit « quand je prie, je dis « Notre Père », mais bien « quand vous priez, dites « Notre Père ». Seul un ordre explicite du Christ peut nous autoriser à prononcer ces mots que nous disons souvent avec tant de désinvolture. Dieu est Dieu, et c’est par une infinie et incompréhensible miséricorde que nous sommes autorisés à l’appeler Père. Cela nous révèle notre infinie dignité. Dieu veut que nous soyons ses fils. Par le baptême, qui nous sauve en nous plongeant dans la mort et la résurrection de son Fils, il nous rend participants de sa divinité.  Dieu est notre Père. Nous sommes sa famille.  Il tient à nous comme à des enfants, c’est à dire plus qu’à la prunelle de l’œil. Il nous conduit par la main vers notre vrai bonheur. Contrairement à nos pères de la terre, il sait parfaitement ce dont nous avons besoin, et il est capable de nous le donner intégralement. Quelle paix cela doit mettre en nos âmes ! « Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent et votre Père céleste les nourrit ! Ne valez-vous pas plus qu’eux ? » (Mt 6,26).

La prière du Pater fait ressortir quatre attitudes d’âme doivent nous habiter en face de Dieu.

D’abord la conscience de sa grandeur. Prenons le temps de nous en pénétrer, et de nous pénétrer de notre petitesse. Sinon, la proximité qu’il nous propose risque de vite tourner à la routine, et sa miséricorde devenir pour nous quelque chose de normal, un dû.

Ensuite, la résolution de faire sa volonté : dans la prière, nous ne demandons pas que Dieu fasse notre volonté, mais qu’il ouvre notre cœur à la sienne, et qu’il nous donne la grâce de l’accomplir. Elle n’est pas le commandement arbitraire d’un tyran, mais le précepte d’un Père qui sait ce qui est bon pour ses enfants, et qui les éduque.

Ensuite, la confiance des petits. Il faut beaucoup d’humilité pour prendre conscience que nous recevons toutes choses de lui, et en premier, notre salut. Cela nous libère de nos angoisses devant la vie.

Enfin, la disposition à pardonner ceux qui nous ont offensé. Jésus insiste dessus. Elle est centrale. Nous ne pouvons pardonner que si nous avons conscience au préalable d’être nous-mêmes les bénéficiaires du pardon de Dieu. Le Christ est venu sur la terre pour pardonner les péchés des hommes, et notre disposition à pardonner nous unit à lui.

Don Claude-Noël Desjoyaux (Communauté St Martin)

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Méditation du jour
commenter cet article

LA PAROISSE

 

 

 

Le Blog de la paroisse est tenu par des laïcs, pour les actes de catholicité ou pour contacter

le secrétariat de la paroisse vous pouvez le faire au

03 80 20 10 41 et à l'adresse :

martine-germain@wanadoo.fr


:

   

 

Pour écrire au "blog", vous pouvez utiliser l'adresse suivante:


paroissebligny@yahoo.fr


Les annonces du mois :

 


SEPTEMBRE 2013

 

 


 

 

 

  •  

 

 

 

 

IMG_6445--2-.JPGC'est en vain qu'on cherche à remplacer Dieu. Rien ne saurait combler le vide de son abse

EVANGILE DU JOUR