Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abbé Yves GROSJEAN


installation-yves-grosjean

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Rechercher

Le saint du jour

Le psaume du jour

 

 

5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 13:11

Après le temps du carême et la semaine sainte, nous vivons maintenant le temps pascal, c’est à dire les cinquante jours à partir du dimanche de la Résurrection jusqu’à celui de Pentecôte qui sont célébrés dans la joie et l’exultation comme si c’était un jour de fête unique, ou mieux "un grand dimanche". C’est surtout en ces jours que l’on chante Alléluia.

Les dimanches de ce temps sont considérés comme des dimanches de Pâques et, après le dimanche de la Résurrection, on les désigne comme les 2ème, 3ème, 4ème, 5ème, 6ème, 7ème dimanches de Pâques. Le dimanche de Pentecôte clôt cette période sacrée de cinquante jours.

Les huit premiers jours du temps pascal constituent l’octave de Pâques et sont célébrés comme solennités du Seigneur.

L’Ascension du Seigneur se célèbre le quarantième jour après Pâques, sauf si elle est reportée au 7ème dimanche de Pâques, là où elle n’est pas précepte.

Les féries après l’Ascension jusqu’au samedi avant la Pentecôte inclusivement sont une préparation à la venue du Saint-Esprit.

D’après le texte du Missel Romain

De Pâques à Pentecôte, représentation schématique

Crédit Photo : C. Prouvost

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Pâques
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 14:13

 

Cité du Vatican, 31 mars 2013 (VIS). Aujourd’hui, dimanche de Pâques à 10h15, place St.Pierre, le Saint-Père a célébré la messe de la Résurrection du Seigneur, première messe pascale du nouvel Evêque de Rome. Les fidèles romains et des pèlerins du monde entier, plus de 250.000 personnes, ont participé à cette célébration qui a commencé par le rituel du Resurrexit avec l’ouverture d’une image du Ressuscité placée à côté de l’autel papal. Le Pape n’a pas prononcé d’homélie, puisqu’après la messe il adresse son message de Pâques au cours de la bénédiction Urbi et Orbi. La fête de la Résurrection du Seigneur est connue pour être très fleurie et la place St.Pierre n’a pas manqué de faire honneur à cette tradition cette année encore. Plus de 40.000 fleurs, offertes par les cultivateurs hollandais, ont transformé les abords de l’autel papal en un magnifique jardin. On a pu y voir notamment des narcisses jaunes et des liliacées blanches, couleurs de Pâques et du drapeau pontifical, représentant la pureté du sacrifice de Jésus et la gloire de sa résurrection, ainsi que des fleurs de couleur rose symbolisant la lumière du Christ ressuscité qui détruit les ténèbres.

A midi, le Pape François s’est adressé, depuis la loggia centrale de la basilique St.Pierre, aux fidèles réunis sur la Place et à tous ceux qui suivaient l’évènement par la radio, la télévision ou d’autres moyens de communication, et a prononcé son discours pascal. "La miséricorde de Dieu peut faire fleurir aussi la terre la plus aride", a dit le Pape, qui a prié pour la paix au Moyen-Orient "en particulier entre Israéliens et Palestiniens, qui travaillent à trouver la route de la concorde, afin qu’ils reprennent avec courage et disponibilité les négociations"-, en Irak, en Syrie, au Mali, au Nigeria, dans la région orientale du Congo, en République centrafricaine et en Corée du Nord. Voici le texte complet prononcé par le Pape:

"Chers frères et sœurs de Rome et du monde entier, bonne fête de Pâques! Bonne fête de Pâques! C’est une grande joie pour moi de pouvoir vous faire cette annonce: le Christ est ressuscité! Je voudrais qu’elle arrive dans chaque maison, dans chaque famille, spécialement là où il y a plus de souffrance, dans les hôpitaux, dans les prisons… Surtout je voudrais qu’elle atteigne tous les cœurs, parce que c’est là que Dieu veut semer cette Bonne Nouvelle: Jésus est ressuscité, c‘est l’espérance pour toi, tu n’es plus sous la domination du péché, du mal! L’amour a vaincu, la miséricorde a vaincu! La miséricorde l’emporte toujours! Nous aussi, comme les femmes disciples de Jésus, qui allèrent au tombeau et le trouvèrent vide, nous pouvons nous demander quel sens a cet événement. Que signifie: Jésus est ressuscité? Cela signifie que l’amour de Dieu est plus fort que le mal et que la mort elle-même; cela signifie que l’amour de Dieu peut transformer notre vie, faire fleurir ces zones de désert qui sont dans notre cœur. Et cela, l’amour de Dieu peut le faire. Ce même amour par lequel le Fils de Dieu s’est fait homme et est allé jusqu’au bout du chemin de l’humilité et du don de soi, jusqu’aux enfers, jusqu’à l’abîme de la séparation de Dieu, ce même amour miséricordieux a inondé de lumière le corps mort de Jésus, l’a transfiguré, l’a fait passer dans la vie éternelle. Jésus n’est pas retourné à la vie d’avant, à la vie terrestre, mais il est entré dans la vie glorieuse de Dieu et il y est entré avec notre humanité, il nous a ouvert à un avenir d’espérance. Voilà ce qu’est Pâques: c’est l’exode, le passage de l’homme de l’esclavage du péché, du mal à la liberté de l’amour, du bien. Parce que Dieu est vie, seulement vie, et sa gloire c’est nous, l’homme vivant. Chers frères et sœurs, le Christ est mort et ressuscité une fois pour toutes et pour tous, mais la force de la Résurrection, ce passage de l’esclavage du mal à la liberté du bien, doit se réaliser en tout temps, dans les espaces concrets de notre existence, dans notre vie de chaque jour. Que de déserts, aujourd’hui encore, l’être humain doit-il traverser! Surtout le désert qui est en lui, quand manque l’amour de Dieu et du prochain, quand manque la conscience d’être un gardien de to ut ce que le Créateur nous a donné et nous donne. Mais la miséricorde de Dieu peut aussi faire fleurir la terre la plus aride, peut redonner vie aux ossements desséchés. Alors, voici l’invitation que j’adresse à tous: accueillons la grâce de la Résurrection du Christ! Laissons-nous renouveler par la miséricorde de Dieu, laissons-nous aimer par Jésus, laissons la puissance de son amour transformer aussi notre vie; et devenons des instruments de cette miséricorde, des canaux à travers lesquels Dieu puisse irriguer la terre, garder toute la création et faire fleurir la justice et la paix.

Et demandons ainsi à Jésus ressuscité, qui transforme la mort en vie, de changer la haine en amour, la vengeance en pardon, la guerre en paix. Oui, le Christ est notre paix et par lui implorons la paix pour le monde entier! Paix pour le Moyen-Orient, en particulier entre Israéliens et Palestiniens, qui ont du mal à trouver la route de la concorde, afin qu’ils reprennent avec courage et disponibilité les négociations pour mettre fin à un conflit qui dure désormais depuis trop longtemps. Paix en Irak, pour que cesse définitivement toute violence, et, surtout, pour la Syrie bien aimée, pour sa population blessée par le conflit et pour les nombreux réfugiés qui attendent aide et consolation. Que de sang a été versé! Et combien de souffrances devront encore être infligées avant qu’on réussisse à trouver une solution politique à la crise? Paix pour l’Afrique, théâtre encore de conflits sanglants. Au Mali, afin qu’il retrouve unité et stabilité; et au Nigéria, où malheureusement ne cessent les attentats qui menacent la vie de tant d’innocents et où de nombreuses personnes, même des enfants, sont retenues en otage par des groupes terroristes. Paix dans l’est de la République Démocratique du Congo et en République Centrafricaine, où nombreux sont ceux qui sont contraints à laisser leurs maisons et vivent encore dans la peur. Paix en Asie, surtout dans la Péninsule coréenne, pour que soient surmontées les divergences et que mûrisse un esprit renouvelé de réconciliation. Paix au monde entier, encore si divisé par l’avidité de ceux qui cherchent des gains faciles, blessé par l’égoïsm e qui menace la vie humaine et la famille, égoïsme qui continue la traite de personnes, l’esclavage le plus répandu en ce vingt-et-unième siècle; la traite des personnes est vraiment l’esclavage le plus répandu de ce vingt-et-unième siècle! Paix au monde entier, déchiré par la violence liée au trafic de drogue et par l’exploitation inéquitable des ressources naturelles! Paix à notre Terre! Que Jésus ressuscité apporte réconfort aux victimes des calamités naturelles et fasse de nous des gardiens responsables de la création! Chers frères et sœurs, à vous tous qui m’écoutez de Rome et de toutes les parties du monde, j’adresse l’invitation du Psaume: Rendez grâce au Seigneur: Il est bon! Eternel est son amour! Oui, que le dise Israël: Eternel est son amour!"

Ensuite, le Pape François a prononcé quelques mots en italien, au lieu de saluer dans les différentes langues, pour souhaiter bonnes Pâques au monde entier. Voici ce qu’il a dit: "Chers frères et sœurs, rassemblés de toutes les parties du monde sur cette Place, cœur de la chrétienté, et vous tous qui êtes reliés à travers les moyens de communication, je renouvelle mes vœux : Bonne fête de Pâques! Apportez dans vos familles et vos pays le message de joie, d’espérance et de paix, que chaque année, en ce jour on renouvelle avec force. Le Seigneur ressuscité, vainqueur du péché et de la mort soit votre soutien à tous, en particulier aux plus faibles et aux plus nécessiteux. Merci pour votre présence et le témoignage de votre foi. Une pensée et un merci tout particulier pour le don de ces très belles fleurs qui viennent des Pays-Bas. A tous je répète affectueusement : que le Christ ressuscité guide chacun de vous et l’humanité tout entière sur les sentiers de la justice de l’amour et de la paix". Enfin, le Saint-Père a donné sa bénédiction Urbi et Orbi, à la ville et au monde.

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Pâques
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 05:22

Réjouissons nous, Christ est ressuscité, alleluia !

Fra Angelico

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Pâques
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 14:54

 


 



Programmation pour la semaine sainte sur KTO


Comme tous les ans, KTO vous propose de vivre l'ensemble des offices de la Semaine Sainte, en direct de Rome, de Notre-Dame de Paris et de Saint-Gervais.

  
  Téléchargez les images - 0

Mercredi Saint 27 mars

Messe Chrismale : comme dans chaque diocèse dans le monde, c'est lors de cette célébration qu'est consacré le Saint Chrême, qui servira pour les sacrements du baptême, de la confirmation et de l'ordre. Les huiles saintes, des catéchumènes et des malades, seront bénites. Tous les prêtres du diocèse présents renouvelleront leurs promesses sacerdotales.

Direct depuis Notre-Dame de Paris à voir à partir de 18h30 mercredi 27 mars.

L'Audience générale du Pape François, mercredi à 10h30.

Jeudi Saint 28 mars

A 18h30, Messe de la Cène en direct de Notre-Dame de Paris, célébrée par le cardinal André Vingt-Trois.

(En fin d'après-midi, le Pape François célèbrera la messe de la Cène dans une prison pour mineurs de Rome - qui ne sera pas télédiffusée.)

A partir de 20h, prière au Mont des Oliviers, en direct de l'église de Gethsémani.

Vendredi Saint 29 mars

7h00 : Office des Ténèbres, en direct de Saint-Gervais.

17h00 : Office de la Passion du Seigneur, en direct de la Basilique Saint-Pierre de Rome.

21h10 : Chemin de Croix "Via Crucis" en direct du Colisée de Rome, présidé par le Pape François, avec les méditations de jeunes du Liban.

Samedi Saint 30 mars

12h30 : Office de la Descente aux Enfers, en direct de Saint-Gervais.

21h00 - minuit : Vigile Pascale en direct de Notre-Dame de Paris.

Pâques - Dimanche 31 mars

10h15 : Messe de la Résurrection célébrée par le Pape François en direct de la place Saint-Pierre de Rome.

12h00 : Message Pascal et Bénédiction Urbi et Orbi.

18h30 : Messe de la Résurrection, en direct de Notre-Dame de Paris.

Lundi de Pâques 1er avril

12h00 : Regina Caeli en direct de Rome.


Bannière

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Pâques
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 12:06

BCette année 2 958 adultes seront baptisés en France, au cours des fêtes pascales des 7 et 8 Avril prochains. Ils recevront aussi les deux autres « sacrements de l’initiation », l’Eucharistie et la Confirmation. Les deux-tiers sont des jeunes âgés de 18 à 35 ans. 1355 viennent d'un milieu chrétien, 520 d'un milieu sans religion, 141 de l'islam.

Actuellement 10 728 personnes vivent une démarche catéchuménale sur plusieurs années : 6 229 catéchumènes et pré-catéchumènes et 4 499 baptisés demandent l’eucharistie et la confirmation.

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Pâques
commenter cet article
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 05:43

 

Joyeuses Pâques à tous !


Dimanche 24 avril 2011
Dimanche de Pâques, Résurrection du Seigneur



C’est à travers cette formule que les chrétiens orientaux échangent le salut pour la fête de Pâques, dont la date est cette année la même chez les Orthodoxes et chez les Catholiques. Parmi eux, nos frères maronites du Liban célèbrent la résurrection avec une prière liturgique qui résume toute l’histoire du salut.
Communions avec nos frères d’Orient dans une même foi et une même espérance.

Nous t’adorons, toi le Très-Haut,
Tu t’es abaissé et tu nous as élevés,
tu t’es humilié et tu nous as honorés,
tu t’es fait pauvre et nous as enrichis.
Tu es né et tu nous as fait naître,
tu as reçu le baptême et tu nous as purifiés,
tu as jeûné et tu nous as rassasiés.
Tu as été conduit prisonnier chez le grand-prêtre et tu nous as libérés,
tu as été soumis à l’interrogatoire et tu nous as fait siéger en juges,
tu as gardé le silence et tu nous as instruits.
Tu as été souffleté comme un esclave et tu nous as affranchis.
Tu as été dépouillé de tes vêtements et tu nous as revêtus.
Tu as été attaché à une colonne et tu as détaché nos liens,
tu as été crucifié et tu nous as sauvés.
Tu as goûté le vinaigre et tu nous as abreuvés de douceur,
tu as été couronné d’épines et tu nous as faits rois,
tu es mort et tu nous as fait vivre,
tu as été mis au tombeau et tu nous as réveillés.
Tu es ressuscité dans la gloire et tu nous as donné la joie.
Tu t’es élevé au ciel et tu nous y as emportés,
tu y sièges dans la gloire et tu nous as élevés,
tu nous as envoyé l’Esprit et tu nous as sanctifiés.
Sois béni, toi qui viens, tout rayonnant de bonté !

 

CHRETIEN, CONNAIS-TU LA PUISSANCE DE LA RESURRECTION DE CHRIST ?
Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Pâques
commenter cet article
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 05:34

Evangile : La Passion (Jn 18, 1-40; 19, 1-42)

 

Acclamation :

Christ, mort pour nos péchés,
Christ, ressuscité pour notre vie !
Pour nous,
le Christ s'est fait obéissant,
jusqu'à la mort,
et la mort sur une croix.
Voilà pourquoi
Dieu l'a élevé souverainement
et lui a donné le Nom qui est au-dessus de tout nom.
Christ, mort pour nos péchés,
Christ, ressuscité pour notre vie !

(cf. Ph 2, 8-9)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Après le repas, Jésus sortit avec ses disciples et traversa le torrent du Cédron ; il y avait là un jardin, dans lequel il entra avec ses disciples.
Judas, qui le livrait, connaissait l'endroit, lui aussi, car Jésus y avait souvent réuni ses disciples.
Judas prit donc avec lui un détachement de soldats, et des gardes envoyés par les chefs des prêtres et les pharisiens. Ils avaient des lanternes, des torches et des armes.
Alors Jésus, sachant tout ce qui allait lui arriver, s'avança et leur dit : « Qui cherchez-vous ? »
Ils lui répondirent : « Jésus le Nazaréen. » Il leur dit : « C'est moi. » Judas, qui le livrait, était au milieu d'eux.
Quand Jésus leur répondit : « C'est moi », ils reculèrent, et ils tombèrent par terre.
Il leur demanda de nouveau : « Qui cherchez-vous ? » Ils dirent : « Jésus le Nazaréen. »
Jésus répondit : « Je vous l'ai dit : c'est moi. Si c'est bien moi que vous cherchez, ceux-là, laissez-les partir. »
(Ainsi s'accomplissait la parole qu'il avait dite : « Je n'ai perdu aucun de ceux que tu m'as donnés ».)
Alors Simon-Pierre, qui avait une épée, la tira du fourreau ; il frappa le serviteur du grand prêtre et lui coupa l'oreille droite. Le nom de ce serviteur était Malcus.
Jésus dit à Pierre : « Remets ton épée au fourreau. Est-ce que je vais refuser la coupe que le Père m'a donnée à boire ? »
Alors les soldats, le commandant et les gardes juifs se saisissent de Jésus et l'enchaînent.
Ils l'emmenèrent d'abord chez Anne, beau-père de Caïphe, le grand prêtre de cette année-là.
(C'est Caïphe qui avait donné aux Juifs cet avis : « Il vaut mieux qu'un seul homme meure pour tout le peuple. »)

Simon-Pierre et un autre disciple suivaient Jésus. Comme ce disciple était connu du grand prêtre, il entra avec Jésus dans la cour de la maison du grand prêtre, mais Pierre était resté dehors, près de la porte. Alors l'autre disciple - celui qui était connu du grand prêtre - sortit, dit un mot à la jeune servante qui gardait la porte, et fit entrer Pierre.
La servante dit alors à Pierre : « N'es-tu pas, toi aussi, un des disciples de cet homme-là ? » Il répondit : « Non, je n'en suis pas ! »
Les serviteurs et les gardes étaient là ; comme il faisait froid, ils avaient allumé un feu pour se réchauffer. Pierre était avec eux, et se chauffait lui aussi.

Or, le grand prêtre questionnait Jésus sur ses disciples et sur sa doctrine.
Jésus lui répondit : « J'ai parlé au monde ouvertement. J'ai toujours enseigné dans les synagogues et dans le Temple, là où tous les Juifs se réunissent, et je n'ai jamais parlé en cachette. Pourquoi me questionnes-tu ? Ce que j'ai dit, demande-le à ceux qui sont venus m'entendre. Eux savent ce que j'ai dit. »
A cette réponse, un des gardes, qui était à côté de Jésus, lui donna une gifle en disant : « C'est ainsi que tu réponds au grand prêtre ! »
Jésus lui répliqua : « Si j'ai mal parlé, montre ce que j'ai dit de mal ; mais si j'ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? »
Anne l'envoya, toujours enchaîné, au grand prêtre Caïphe.

Simon-Pierre était donc en train de se chauffer ; on lui dit : « N'es-tu pas un de ses disciples, toi aussi ? » Il répondit : « Non, je n'en suis pas ! »
Un des serviteurs du grand prêtre, parent de celui à qui Pierre avait coupé l'oreille, insista : « Est-ce que je ne t'ai pas vu moi-même dans le jardin avec lui ? »
Encore une fois, Pierre nia. A l'instant le coq chanta .

Alors on emmène Jésus de chez Caïphe au palais du gouverneur. C'était le matin. Les Juifs n'entrèrent pas eux-mêmes dans le palais, car ils voulaient éviter une souillure qui les aurait empêchés de manger l'agneau pascal.
Pilate vint au dehors pour leur parler : « Quelle accusation portez-vous contre cet homme ? » Ils lui répondirent :
« S'il ne s'agissait pas d'un malfaiteur, nous ne te l'aurions pas livré. »
Pilate leur dit : « Reprenez-le, et vous le jugerez vous-mêmes suivant votre loi. » Les Juifs lui dirent : « Nous n'avons pas le droit de mettre quelqu'un à mort. »
Ainsi s'accomplissait la parole que Jésus avait dite pour signifier de quel genre de mort il allait mourir.
Alors Pilate rentra dans son palais, appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? »
Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien parce que d'autres te l'ont dit ? »
Pilate répondit : « Est-ce que je suis Juif, moi ? Ta nation et les chefs des prêtres t'ont livré à moi : qu'as-tu donc fait ? »
Jésus déclara : « Ma royauté ne vient pas de ce monde ; si ma royauté venait de ce monde, j'aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. Non, ma royauté ne vient pas d'ici. »
Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C'est toi qui dis que je suis roi. Je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Tout homme qui appartient à la vérité écoute ma voix. »
Pilate lui dit : « Qu'est-ce que la vérité ? »
Après cela, il sortit de nouveau pour aller vers les Juifs, et il leur dit : « Moi, je ne trouve en lui aucun motif de condamnation. Mais c'est la coutume chez vous que je relâche quelqu'un pour la Pâque : voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ? »
Mais ils se mirent à crier : « Pas lui ! Barabbas ! » (Ce Barabbas était un bandit.)

Alors Pilate ordonna d'emmener Jésus pour le flageller.
Les soldats tressèrent une couronne avec des épines, et la lui mirent sur la tête ; puis ils le revêtirent d'un manteau de pourpre.
Ils s'avançaient vers lui et ils disaient : « Honneur à toi, roi des Juifs ! » Et ils le giflaient.

Pilate sortit de nouveau pour dire aux Juifs : « Voyez, je vous l'amène dehors pour que vous sachiez que je ne trouve en lui aucun motif de condamnation. »
Alors Jésus sortit, portant la couronne d'épines et le manteau de pourpre. Et Pilate leur dit : « Voici l'homme. »
Quand ils le virent, les chefs des prêtres et les gardes se mirent à crier : « Crucifie-le ! Crucifie-le ! » Pilate leur dit : « Reprenez-le, et crucifiez-le vous-mêmes ; moi, je ne trouve en lui aucun motif de condamnation. »
Les Juifs lui répondirent : « Nous avons une Loi, et suivant la Loi il doit mourir, parce qu'il s'est prétendu Fils de Dieu. »
Quand Pilate entendit ces paroles, il redoubla de crainte.
Il rentra dans son palais, et dit à Jésus : « D'où es-tu ? » Jésus ne lui fit aucune réponse.
Pilate lui dit alors : « Tu refuses de me parler, à moi ? Ne sais-tu pas que j'ai le pouvoir de te relâcher, et le pouvoir de te crucifier ? »
Jésus répondit : « Tu n'aurais aucun pouvoir sur moi si tu ne l'avais reçu d'en haut ; ainsi, celui qui m'a livré à toi est chargé d'un péché plus grave. »
Dès lors, Pilate cherchait à le relâcher ; mais les Juifs se mirent à crier : « Si tu le relâches, tu n'es pas ami de l'empereur. Quiconque se fait roi s'oppose à l'empereur. »
En entendant ces paroles, Pilate amena Jésus au-dehors ; il le fit asseoir sur une estrade à l'endroit qu'on appelle le Dallage (en hébreu : Gabbatha).
C'était un vendredi, la veille de la Pâque, vers midi. Pilate dit aux Juifs : « Voici votre roi. »
Alors ils crièrent : « A mort ! A mort ! Crucifie-le ! » Pilate leur dit : « Vais-je crucifier votre roi ? » Les chefs des prêtres répondirent : « Nous n'avons pas d'autre roi que l'empereur. »
Alors, il leur livra Jésus pour qu'il soit crucifié, et ils se saisirent de lui.
Jésus, portant lui-même sa croix, sortit en direction du lieu dit : Le Crâne, ou Calvaire, en hébreu : Golgotha.
Là, ils le crucifièrent, et avec lui deux autres, un de chaque côté, et Jésus au milieu.
Pilate avait rédigé un écriteau qu'il fit placer sur la croix, avec cette inscription : « Jésus le Nazaréen, roi des Juifs. »
Comme on avait crucifié Jésus dans un endroit proche de la ville, beaucoup de Juifs lurent cet écriteau, qui était libellé en hébreu, en latin et en grec.
Alors les prêtres des Juifs dirent à Pilate : « Il ne fallait pas écrire : 'Roi des Juifs' ; il fallait écrire : 'Cet homme a dit : Je suis le roi des Juifs'. »
Pilate répondit : « Ce que j'ai écrit, je l'ai écrit. »
Quand les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses habits ; ils en firent quatre parts, une pour chacun. Restait la tunique ; c'était une tunique sans couture, tissée tout d'une pièce de haut en bas.
Alors ils se dirent entre eux : « Ne la déchirons pas, tirons au sort celui qui l'aura. » Ainsi s'accomplissait la parole de l'Écriture : Ils se sont partagé mes habits ; ils ont tiré au sort mon vêtement. C'est bien ce que firent les soldats.
 
Or, près de la croix de Jésus se tenait sa mère, avec la soeur de sa mère, Marie femme de Cléophas, et Marie Madeleine.
Jésus, voyant sa mère, et près d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. »
Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.
Après cela, sachant que désormais toutes choses étaient accomplies, et pour que l'Écriture s'accomplisse jusqu'au bout, Jésus dit : « J'ai soif. »
Il y avait là un récipient plein d'une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d'hysope, et on l'approcha de sa bouche.
Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l'esprit.
Comme c'était le vendredi, il ne fallait pas laisser des corps en croix durant le sabbat (d'autant plus que ce sabbat était le grand jour de la Pâque). Aussi les Juifs demandèrent à Pilate qu'on enlève les corps après leur avoir brisé les jambes.
Des soldats allèrent donc briser les jambes du premier, puis du deuxième des condamnés que l'on avait crucifiés avec Jésus.
Quand ils arrivèrent à celui-ci, voyant qu'il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l'eau.
Celui qui a vu rend témoignage, afin que vous croyiez vous aussi. (Son témoignage est véridique et le Seigneur sait qu'il dit vrai.)
Tout cela est arrivé afin que cette parole de l'Écriture s'accomplisse : Aucun de ses os ne sera brisé.
Et un autre passage dit encore : Ils lèveront les yeux vers celui qu'ils ont transpercé.

Après cela, Joseph d'Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par peur des Juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Et Pilate le permit. Joseph vint donc enlever le corps de Jésus.
Nicodème (celui qui la première fois était venu trouver Jésus pendant la nuit) vint lui aussi ; il apportait un mélange de myrrhe et d'aloès pesant environ cent livres.
Ils prirent le corps de Jésus, et ils l'enveloppèrent d'un linceul, en employant les aromates selon la manière juive d'ensevelir les morts.
Près du lieu où Jésus avait été crucifié, il y avait un jardin, et dans ce jardin, un tombeau neuf dans lequel on n'avait encore mis personne.
Comme le sabbat des Juifs allait commencer, et que ce tombeau était proche, c'est là qu'ils déposèrent Jésus.
Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Pâques
commenter cet article

LA PAROISSE

 

 

 

Le Blog de la paroisse est tenu par des laïcs, pour les actes de catholicité ou pour contacter

le secrétariat de la paroisse vous pouvez le faire au

03 80 20 10 41 et à l'adresse :

martine-germain@wanadoo.fr


:

   

 

Pour écrire au "blog", vous pouvez utiliser l'adresse suivante:


paroissebligny@yahoo.fr


Les annonces du mois :

 


SEPTEMBRE 2013

 

 


 

 

 

  •  

 

 

 

 

IMG_6445--2-.JPGC'est en vain qu'on cherche à remplacer Dieu. Rien ne saurait combler le vide de son abse

EVANGILE DU JOUR