Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Abbé Yves GROSJEAN


installation-yves-grosjean

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Rechercher

Le saint du jour

Le psaume du jour

 

 

1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 18:40

 

 
saint-sacrement
Dimanche 2 juin 2013, pour la solennité du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ (ou Fête-Dieu), le pape François a invité les catholiques du monde entier à vivre un temps d'adoration eucharistique, de 17h à 18h. Un événement qui s'inscrit dans l'Année de la foi.
A la demande du Saint-Siège, les évêques présideront ce moment de communion dans la prière dans la cathédrale de leur diocèse.

 

 

pape_françois_colombe

Prier aux intentions du Pape

"Pour l'Eglise répandue de par le monde et unie aujourd'hui dans l'adoration eucharistique. "Que le Seigneur la rende toujours plus obéissante à sa parole, afin qu'elle se montre au monde plus belle, sans tache ni ride, sainte et immaculée. Que par le biais d'une annonce fidèle, la Parole puisse résonner comme présage de miséricorde, et provoquer un renouveau d'amour qui donne du sens à la souffrance, rende joie et sérénité".

"Pour tous ceux qui souffrent de par le monde, victimes de nouveaux esclavages, de la guerre, de la traite, du narcotrafic. Pour les enfants et les femmes victimes de violences, afin que leur cri silencieux soit entendu par l'Eglise et qu'ils demeurent confiants dans le Crucifié, que l'on n'oublie pas nos frères et soeurs soumis à la violence. Pour tous ceux qui sont en état de précarité matérielle, les chômeurs, les personnes âgées et les émigrés, les sans-abri et les détenus, tous les marginaux. Que la prière et la solidarité de l'Eglise les soutiennent dans l'espérance, leur donne la force de défendre leur dignité".

Source : VIS du 28 mai 2013
Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Prière
commenter cet article
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 18:38

<iframe width="560" height="315" src="http://www.youtube.com/embed/zo36kvsozJo" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Prière
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 05:09

Neuvaine à saint Joseph : et pourquoi donc ?

Bientôt le 19 mars, jour de la saint Joseph. C’est l’occasion de se tourner vers le gardien de la Sainte Famille, le temps d’une neuvaine. Pourquoi et comment s’associer à cette démarche, qui mobilise chaque année de nombreux aficionados ?
Zoom
© I.HUZAK – GETTYIMAGES

Pourquoi se tourner spécialement vers saint Joseph ?

Parce qu’il n’est pas un saint comme les autres. En lui confiant le soin de veiller sur ses deux plus grands trésors – Jésus et Marie – Dieu l’a chargé d’une mission à part. À mission d’exception, homme d’exception : saint Joseph est auréolé des plus grandes vertus, comme le rappellent ses litanies : très juste, très chaste, très prudent, très courageux, il est aussi très obéissant, très fidèle, miroir de patience… Le 19 mars 2011, Benoît XVI (alias JosephRatzinger), qui avait déclaré le jour de son élection être « un humble travailleur dans la vigne du Seigneur », a mis l’accent sur l’humilité de son saint patron : « un humble travailleur, qui a été rendu digne d’être le gardien du rédempteur ».

L’Église, qui élève les humbles, l’a placé au-dessus du commun des « immortels » : « De tous les saints, affirmait Léon XIII dans l’encyclique Quanquam pluriesil est le plus élevé au ciel, après Jésus et Marie ». Avant lui, s’appuyant sur la tradition, le pape Pie IX l’avait déclaré patron des pères de famille le 8 décembre 1870. Puis, le bienheureux Jean XXIII a inséré son nom au sein du missel de la messe. Aujourd’hui, il est l’un des rares saints à être fêté deux fois dans l’année : le 19 mars et le 1er mai.

Que peut-on lui demander ?

Léon XIII lui a décerné officiellement le titre de « saint patron des chefs de famille et des artisans » (1889). On lui confiera donc, qui un époux, un père, qui un fils, un frère… À l’instar de ce clan familial qui chaque année « fait la neuvaine du 11 au 19 mars pour tous les hommes adultes de la famille ». Remettons-lui « nos soucis de famille, de santé, de travail », comme nous y invite la prière du Je te (vous) salue Joseph. Il est l’avocat de ceux qui cherchent un emploi, un toit, l’âme sœur, ou qui désirent un enfant. Dans ces domaines, il fait des merveilles !

Rappelons-nous aussi qu’en 1661, à la suite des apparitions de Cotignac, Louis XIV lui avait consacré la France. Alors, pourquoi ne pas lui confier notre pays en cette période d’élections ?

Plus largement, on peut tout demander au patron de l’Église universelle. Sainte Thérèse d’Avila, qui l’avait choisi comme protecteur de son ordre et qui affirme que « son crédit auprès de Dieu est d’une merveilleuse efficacité pour tous ceux qui s’adressent à lui avec confiance », se recommandait à lui en toutes choses.

Quand il n’exauce pas (tout de suite, ou comme on voudrait), il prodigue lumière et consolations ; il fait grandir la foi, l’espérance et la charité. « Jamais je n’ai connu personne qui l’ait invoqué sans faire de progrès notables dans la vertu », rapporte sainte Thérèse d’Avila.

Car, avant d’être un recours dans les difficultés, saint Joseph est une personne à aimer et un modèle à imiter. Plus on le fréquente, plus on goûte sa tendresse et celle de la Sainte Famille.

Élisabeth de Baudouïn

Comment faire la neuvaine ?

 

Avec foi et amour ! Mais encore ?

Notons d’abord que le mois de mars étant consacré à saint Joseph, il n’est pas interdit de transformer la neuvaine (du 11 au 19 mars) en trentain (du 1er au 31 mars).

 

Pratiquement, que dire ?

On peut recourir à des neuvaines « clé en main » :

celle du diocèse de Fréjus Toulon, appuyée sur la Parole de Dieu,

la neuvaine méditative à saint Joseph, du Père Verlinde,

celle de saint Joseph de bon espoir d’Espaly, de Mgr Brincard…

 

Les neuvaines à l’époux de la Mère de Dieu incluent souvent la belle prière du Je te (vous) salue Joseph, calquée sur celle du Je vous salue Marie, et que tout chrétien peut apprendre par cœur.

 

Selon les circonstances, on pourra s’appuyer sur d’autres prières

celle de la Famille Saint-Joseph, pour apprendre à l’aimer et à l’imiter,

la prière à saint Joseph du Père Yannick Bonnet, pour trouver un travail,

celle de Cotignac, pour demander la grâce d’avoir un enfant….

Certains assortissent la neuvaine d’une lettre à saint Joseph, dans laquelle on expose ses besoins et que l’on dépose au pied de sa statue. Pourquoi pas, à condition qu’on y mêle la foi et l’amour.

 

É. de B.

Source : Famille Chrétienne
Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Prière
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 05:22

En nous souvenant que lors de son pèlerinage à Lourdes, au mois de septembre 2008, notre Saint-Père le Pape Benoît XVI nous a donné, dans son homélie prononcée le jour de la fête de Notre-Dame des Douleursune très belle méditation sur la compassion aimante et souriante de notre Mère céleste (vous pouvez en retrouver le texte ici > www), nous vous proposons de préparer la fête de Notre-Dame de Lourdes, le 11 février, par une neuvaine du 2 au 10 février, spécialement adressée à la Vierge de Compassion, et dans cette perspective nous vous proposons la prière suivante (à réciter après le chapelet ou tout au moins la récitation d’une dizaine du chapelet) :

La compassion de Notre-Dame (enluminure)

Ô très douce et très pure Vierge Marie,

Notre-Dame de Compassion,

Mère debout au pied de la Croix que Jésus nous a donnée pour Mère : nous vous prions pour nos frères malades… (ici on peut les nommer).

Voyez en eux votre propre Fils
qui nous a enseigné à le reconnaître en tous ceux qui souffrent ;
soyez auprès d’eux comme vous vous êtes tenue auprès de Jésus, silencieuse consolatrice dans les tourments de Sa Passion.

Assistez et fortifiez les malades que nous vous présentons
et, s’il est possible, obtenez-leur la guérison.

Obtenez-leur du moins la santé de l’âme et le courage,
la patience et la persévérance,
afin qu’unissant leur épreuve aux mystères de Jésus Rédempteur
ils achèvent en leur chair ce qui manque à la Passion du Christ
pour la croissance et la vie de tout le Corps mystique,
la Sainte Eglise notre Mère.

Notre-Dame de Compassion,
soyez leur force et leur refuge :
nous les déposons entre vos bras maternels
et nous avons confiance en votre puissante intercession!

Ainsi soit-il.

(prière composée par frère Maximilien-Marie)
Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Prière
commenter cet article
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 06:51

À la messe, pas question d’assister à l’offertoire en baillant aux corneilles ou en lisant les annonces sur le bulletin paroissial. C’est le moment, non seulement de donner à la quête, mais de présenter au Seigneur, avec le pain et le vin, ce qui nous tient à cœur.

Zoom

« À la messe, au moment de l’offertoire, les anges gardiens des fidèles présents apportent en procession les offrandes et les demandes de ces derniers à l’autel du Seigneur. » C’est ce qu’affirme une mystique bolivienne, Catalina Rivas, à qui la Vierge a montré réellement ce qui se passe pendant l’Eucharistie (1). Elle témoigne :« Les anges des personnes qui offrent et demandent beaucoup portent un vase (ou un bol) contenant quelque chose qui resplendit, d’une forte lumière blanche doré. Ceux dont les fidèles n’ont rien à offrir avancent les mains vides ».

Le commun des baptisés, lui, voit ceci : le pain et le vin sont apportés, parfois en procession, à l’autel du Seigneur. Ils  vont être ensuite offerts à Dieu, par le prêtre, au nom du Christ (ils deviendront ensuite le Corps et le Sang du Christ). Aux premiers temps, les chrétiens prennent l’habitude d’ajouter au pain et au vin leurs propres dons, pour partager avec ceux qui sont dans le besoin. Survivance de cette habitude : la quête

L’Église recommande d’y être généreux, chacun selon ses ressources : piécette de la veuve pour les uns, billet du riche pour d’autres. Une idée : vérifier, avant de partir pour la messe, le contenu de son porte-monnaie. L’Église invite aussi à « donner avec joie », comme le conseillait déjà l’apôtre Paul aux Corinthiens. Mais notre participation à l’offertoire se limite-t-elle à ceci : regarder (passer) les oblats, et mettre joyeusement son obole dans la corbeille du quêteur ?

« On obtient de Dieu autant qu’on en espère »

Ce serait oublier l’autre corbeille, celle de notre ange (le « bol » ou le« vase » de Catalina Rivas). Que faut-il y mettre ? Nos peines, mais aussi nos joies ; nos doutes et nos espoirs, et aussi nos supplications, pour nous et pour le prochain. Mais ce qui plaît le plus au Seigneur, c’est l’offrande de nous-même… 

À Catalina Rivas, la Vierge recommande d’être généreux en offrandes et en demandes, pour ne pas contrister nos anges gardiens, et parce que chaque messe a une valeur infinie. Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésusécrivait aussi : « On obtient de Dieu autant qu’on en espère ». Élodie, 10 ans, s’applique chaque fois à mettre dans sa corbeille tous les malades, tous les prisonniers, et toutes les âmes du purgatoire, avec cette mention à son ange : « Si c’est trop lourd, partage avec ceux qui n’ont rien ».

Un conseil : ne pas attendre l’offertoire pour composer sa corbeille. Pourquoi, par exemple, ne pas arriver un peu en avance pour s’y employer, avec l’aide de l’Esprit Saint ? On peut aussi le faire au fil des jours, quand on y pense…

Et que devient le contenu de la corbeille quand il arrive à l’autel ? « C’est alors le moment de le confier au Christ, pour qu’il l’inclue dans son offrande », suggère le Père Didier van Havre, dans son livre Aimer la messe (2). Ce que l’on a choisi d’apporter sera alors élevé (c'est-à-dire présenté) par le Fils, présent dans le prêtre, vers le Père, qui agrée nos offrandes et répond à nos demandes. 

Mais avant, on peut l’incorporer dans les quelques gouttes d’eau, si vite fondue dans le vin, que le prêtre verse dans le calice en disant : « Comme cette eau se mêle au vin pour le sacrement de l’Alliance, puissions-nous être unis à la divinité de celui qui a pris notre humanité ».Le Père van Havre rappelle que « ce geste du prêtre symbolise ce que le Christ nous offre : la divinisation et la glorification de l’homme ». Élodie « se place dans cette goutte » à chaque offertoire, pour « ne faire plus qu’un avec Jésus », quand vient la consécration. Une véritable fusion, offerte, gratuitement, à chaque baptisé.

Élisabeth de Baudoüin


 (1) Votre messe ne sera plus jamais la même. Catalina Rivas, laïque mariée, vit actuellement en Bolivie. Ses écrits ont reçu l’imprimatur de l’archevêque de Cochabamba, Monseigneur René Fernandez Apaza.

(2) Aimer la messe, par le Père Didier van Havre.

Le sens de la préparation des offrandes

 

La préparation des offrandes a pour sens profond de présenter véritablement notre monde à Dieu [...]. Dans le ciboire contenant les hosties et le calice, ont été mises [...] toutes les déchirures de notre monde, toutes les souffrances et les aspirations des hommes, pour être déposées devant Dieu. 

Par le geste de l’élévation des offrandes, les offrandes terrestres sont élevées dans le monde céleste. Nous reconnaissons que tout vient de Dieu et que tout lui appartient, et nous le louons pour les dons qu’il nous fait chaque jour [...]. Nous faisons aussi appel à lui pour qu’il veuille bien se charger de nos soucis, pour que sa puissance guérissante et libératrice s’étende et agisse aujourd’hui aussi sur toute sa création [...]. Dans les offrandes, nous tendons notre vie jusque dans le royaume de Dieu. 

Le mélange de l’eau et du vin (dans le calice) évoque l’Incarnation. De même que Dieu a pris notre nature humaine, nous recevons part, dans l’Eucharistie, à la nature divine. Nous ne faisons plus qu’un avec Dieu, tout comme l’eau et le vin sont devenus indivisiblement un.

 Extraits de L’Eucharistie, transformation et communion, d’Anselm Grün, Médiaspaul, 86 pages. 

 

É. B.

Source : Famille Chrétienne

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Prière
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 06:35

Pour aider les familles en mal d’inspiration pour le bénédicité, les Sœurs de Saint-Jean viennent de publier un Livret des bénédictions du repas, centré sur la parole de Dieu. Une initiative qui nous ramène aux fondamentaux de la foi.

Zoom

« Bénissez-nous, Seigneur, bénissez ce repas, ceux qui l’ont préparé, et donnez du pain à ceux qui n’en ont pas »
Chez Paul et Axelle Duverger, on récite (presque) toujours le même bénédicité. Ce qui lasse Louis-Marie, leur fils : « À la fin, cela fait rengaine ». Les Duverger sont-ils un cas isolé ? Il paraît que non : à part les familles baignant depuis longtemps dans la marmite scoute (qui grouille de bénédicités), et une pincée de familles créatives, la majorité avoue manquer d’idées au moment de passer à table.

Du plus traditionnel à celui des potaches
C’est ce qui a incité les sœurs de laCommunauté Saint-Jean de Cenves, dans le Rhône, à concocter un précieux Livret des bénédictions du repas*. Son objet n’est pas de proposer une compilation des bénédicités existants, des classiques (« Seigneur, bénis cette table ») aux pas toujours adaptés (« Bénissez, Seigneur, la table si bien parée) », en passant par les (un petit peu) démodés (« Bénis le labeur des paysans de France»), voir les bénédicités de potaches, un tantinet irrespectueux… Mitonné comme un bon petit plat, ce carnet joliment illustré propose au contraire une prière de bénédiction pour chaque jour de la semaine, en s’appuyant sur la parole de Dieu, nourriture et fondement de la vie de foi, comme l’a rappelé le concile Vatican II.

La nourriture, si présente dans la Bible
« La Bible contient tant de passages sur la nourriture »
, soulignent les auteurs du livret, qui en présentent un florilège. Ainsi, l’histoire du prophète Élie, nourri par un ange pendant sa marche jusqu’à l’Horeb. Ou celle de la veuve de Sarepta, sur le point de mourir de faim avec son fils. Dieu lui demande cependant, par la bouche de son prophète, de faire la charité à ce dernier, avant de déclarer : « Jarre de farine point ne s’épuisera, vase d’huile point ne se videra… ». Histoire, encore, des fils d’Israël affamés dans le désert et à qui Dieu dit : « Voici que du ciel, je vais faire pleuvoir du pain ». Il tient promesse en envoyant chaque jour la manne céleste, qui préfigure l’Eucharistie. Là et ailleurs, Dieu apparaît comme un père nourricier, qui sait que l’homme ne vit pas seulement de toute parole sortie de sa bouche, et ne laisse pas ses enfants mourir de faim. Plus tard, c’est le Christ lui-même qui nourrit les foules ou ses disciples, avec du pain et du poisson. Et qui pousse la délicatesse à régaler du meilleur vin les invités aux noces de Cana. Avant de se donner lui-même en nourriture, jusqu’à la fin du monde, pour ne faire qu’un avec chacun.

Bénédiction, grâce et intercession
« Le bénédicité, 
poursuivent les Sœurs de Saint-Jean, a une double fonction. La première, demander à Dieu, maître de toutes choses, y compris les plus ordinaires, de bénir, c'est-à-dire de sanctifier, notre repas. Nous marquons ainsi notre volonté de vivre en tout sous son regard. La deuxième, le remercier de cette nourriture qu’il nous donne, car tout vient de Lui ». Mais beaucoup n’ont pas la chance de manger à leur faim. D’où une troisième fonction pour cet acte simple de la vie chrétienne : l’intercession pour ceux, nombreux, qui n’ont rien.

Vivre chaque bénédicité en relation avec la parole de Dieu nous raccroche aux fondamentaux de la foi : 
• la paternité de Dieu, qui déclare « Je serai pour vous un Père, et vous serez pour moi des fils et des filles »
• la charité, qui s’exerce à travers la prière et le partage
• le lien entre les deux nourritures de la vie chrétienne : l’eucharistie et la Parole. Elles sont inséparables, comme l’exprime le Père François-Marie Léthel, secrétaire de l’Académie pontificale de théologie, à travers cette formule : « Jamais la Bible sans l’eucharistie, et jamais l’eucharistie sans la Bible »
• sans oublier le fécond abandon à la divine providence, rappelé par les Sœurs de Saint-Jean, qui savent de quoi elles parlent : pour le couvert, elles vivent de la charité, dans la grande tradition des ordres mendiants tels les franciscains ou les dominicains. Peut-être est-ce là le secret de cette nourrissante initiative ?

Élisabeth de Baudoüin


*Livret des bénédictions du repas, 6 €. Sœurs de Saint-Jean, Maison Saint-Joseph, 69840 Cenves. Tél.: 04 74 04 66 40.

 

Source : Famille Chrétienne

Le bénédicité, toujours actuel

« Il est nécessaire dans nos familles chrétiennes d’enseigner aux petits à remercier toujours le Seigneur avant de prendre la nourriture avec une brève prière et le signe de la croix. »

Benoît XVI

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Prière
commenter cet article
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 14:45

GRANDE NEUVAINE POUR LA FRANCE Cette neuvaine est à réciter chaque jour du 16 au 24 décembre compris.

1) Récitez trois Je vous salue Marie pour la France précédés de l’invocation :
« Petit Enfant Jésus de la crèche, nous t’en supplions, donne par ta naissance une nouvelle

naissance à la France. »

Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen

2) Puis ajoutez :

« Seigneur Jésus, aie compassion de la France, daigne l'étreindre dans ton Amour et lui en montrer toute ta tendresse. Fais que, remplie d'amour pour toi, elle contribue à te faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô Amour de Jésus, nous prenons ici l'engagement de te rester à jamais fidèles et de travailler d'un cœur ardent à répandre ton Règne dans tout l'univers. Amen »

Cette prière a été dictée par le Christ le 14 novembre 1945 au vénérable Marcel Van (1928-1959) dont la cause de béatification fut ouverte par Jean-Paul II. Jésus la lui avait ainsi présentée : « Petit enfant de mon Amour, écoute, je vais te dicter une prière, et cette prière, je veux que les Français me la récitent. » Il lui dit ensuite : « Ô mon enfant, dis aux Français que cette prière est celle-là même que je veux entendre de leur bouche. Elle est sortie de mon cœur brûlant d'amour et je veux que les Français soient les seuls à la réciter. Quant à toi, mon enfant, je veux que tu la récites aussi, mais tu la réciteras également en français. »

Dans la mesure du possible, faites dire des messes pour la France pendant cette période. 

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Prière
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 05:59

Les gens sont souvent déraisonnables, illogiques et centrés sur eux-mêmes,
Pardonne les quand même…

Si tu es gentil, les gens peuvent t’accuser d’être égoïste et d’avoir des arrières pensées,
Sois gentil quand même…

Si tu réussis, tu trouveras des faux amis et des vrais ennemis,
Réussis quand même…

Si tu es honnête et franc, il se peut que les gens abusent de toi,
Sois honnête et franc quand même…

Ce que tu as mis des années à construire, quelqu’un pourrait le détruire en une nuit,
Construis quand même…

Si tu trouves la sérénité et la joie, ils pourraient être jaloux,
Sois heureux quand même…

Le bien que tu fais aujourd’hui, les gens l’auront souvent oublié demain,
Fais le bien quand même…

Donne au monde le meilleur que tu as, et il se pourrait que cela ne soit jamais assez,
Donne au monde le meilleur que tu as quand même…

Tu vois, en faisant une analyse finale, c’est une histoire entre toi et Dieu, cela n’a jamais été entre eux et toi.

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Prière
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 06:43

 

Banvpvn
Le Saint Père a initié les veillées pour toute vie naissante l'année dernière aux vêpres du premier dimanche de l'Avent. Derrière ses évêques, la France avait merveilleusement répondu avec plus de 500 lieux d'adoration et de prières recensés en cette soirée du 27 novembre 2010. 

Cette année, l'initiative est reprise et déjà plusieurs veillées (dont une présidée par monseigneur Rivière, évêque d'Autun-Chalon-Mâcon) se sont naturellement et simplement organisées en France le samedi 26 novembre 2011. Sur l'élan de l'an passé et pleins de la ferveur des veillées de l'année dernière, de jeunes laïcs lancent aujourd'hui un site dédié à l'évènement qui se veut participatif (envoyez vos infos à cette adresse : veilleprovie@gmail.com) et réactif. Un groupe facebook existe également.
En collaboration avec la famille missionnaire de l'Evangile de la Vie, une carte de France des veillées et une liste seront mises à jour plusieurs fois par jour.

Verra t-on dans 22 jours des veillées dans chaque cathédrale, chaque église, chaque chapelle de France? Peut-être pas, mais chaque veillée de prière sera déjà une victoire. 

                                            Pour répondre à l'appel du Pape 


 

VEILLEE DE PRIERE POUR LA VIE

à Painblanc

le samedi 26 novembre à 17 h 30

suivie (après une petite pause conviviale) de la messe, à 19 h

Soyons nombreux à répondre à cet appel !

 

Vptvn

Amélie témoigne, jugez vous-même en cliquant sur le lien ci-dessous.

http://www.youtube.com/watch?v=PDK_cZiQNp4

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Prière
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 13:57


Indulgence pour les Défunts :

- Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et que la Lumière Eternelle brille pour eux. Qu’ils reposent en paix. Amen.ND des Défunts Indulgence 300 jours, applicable seulement aux défunts.


- Seigneur, doux Jésus, donnez-leur le repos éternel.
Indulgence 300 jours, applicable seulement aux défunts.

- Chaque fois que l'on récitera pour les fidèles agonisants trois Pater en mémoire de la Passion et de l'Agonie de Notre Seigneur, accompagnés de trois Ave en mémoire des douleurs de la très sainte Vierge. 
 
- Cinq Pater et cinq Ave pour les morts, en réfléchissant à la Passion de Notre-Seigneur, avec ces versets : 
"Nous vous supplions de venir au secours de vos serviteurs, que vous avez rachetés par votre précieux sang ; 

Donnez leur, Seigneur, votre repos éternel, et que votre Lumière luise à jamais sur eux. Qu'ils reposent en paix. Amen". 


- Psaume 50 : "Miserere mei, Deus", en faveur des âmes du purgatoire. Indulg. 3 ans. Plénière aux conditions ordinaires.

- Le psaume 129 "De profundis" :
Des profondeurs de l'abîme, j'ai crié vers vous, Seigneur : Seigneur, écoutez ma voix.
Que votre oreille soit attentive à la voix de ma prière !
Si Vous tenez compte de nos iniquités, Seigneur, qui pourra subsister devant Vous ?
Mais vous êtes plein de miséricorde ; et j'espère en vous, Seigneur, à cause de votre loi.
Mon âme s'est appuyée sur votre parole ; mon âme a mis toute sa confiance dans le Seigneur.
Depuis le matin jusqu'au soir, Israël espère dans le Seigneur.
Car dans le Seigneur est la miséricorde, et une abondante rédemption.
C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses iniquités.
Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et que la lumière éternelle brille sur eux. Qu'ils reposent en paix.
Indulgence 3 ans. 5 en Novembre. Plénière aux conditions ordinaires.

Indulgences exceptionnelles pour les premiers jours de novembre :
- durant l’Octave de la Commémoration des fidèles défunts (du 2 au 9 Novembre), indulgence plénière pour la visite d’un cimetière en récitant une oraison quelconque même mentale pour les défunts : une fois par jour, aux conditions habituelles.

- le 2 novembre et le dimanche qui suit (donc dans l’Octave) : indulgence plénière pour la visite d’une église ou oratoire public en récitant 6 Pater-Ave-Gloria. On peut gagner l’indulgence plénière autant de fois qu’on le fait 

- du 1er au 8 novembre : 
A tout fidèle qui visite dévotement le cimetière et prie, ne fût-ce que mentalement, pour les défunts, est accordée une indulgence applicable seulement auxâmes du Purgatoire. Celle-ci, du 1er au 8 novembre, sera chaque jour plénière, et les
autres jours de l'année partielle.»

Indulgences propres à tout le mois de novembre :
N’importe quelle prière ou exercice de piété pour les défunts : 3 ans 1 fois par jour ; plénière si tous les jours du mois (aux conditions habituelles).

Repost 0
Published by paroisse.bligny - dans Prière
commenter cet article

LA PAROISSE

 

 

 

Le Blog de la paroisse est tenu par des laïcs, pour les actes de catholicité ou pour contacter

le secrétariat de la paroisse vous pouvez le faire au

03 80 20 10 41 et à l'adresse :

martine-germain@wanadoo.fr


:

   

 

Pour écrire au "blog", vous pouvez utiliser l'adresse suivante:


paroissebligny@yahoo.fr


Les annonces du mois :

 


SEPTEMBRE 2013

 

 


 

 

 

  •  

 

 

 

 

IMG_6445--2-.JPGC'est en vain qu'on cherche à remplacer Dieu. Rien ne saurait combler le vide de son abse

EVANGILE DU JOUR